inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (32 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • La description de l'écosystème corallien est compatible avec la résolution spatiale des images HRV (XS) de SPOT (20 m) si on considère l'échelle du paysage. La cartographie du lagon de l'île de Moorea, en Polynésie française, est réalisée en trois
  • étapes. La première consiste en la réalisation d'une typologie de 7 paysages grâce à un groupement hiérarchique de stations de terrains décrites à l'aide de 7 descripteurs paysagers semi-quantitatifs. La deuxième étape est une analyse de correspondances
  • descripteurs paysagers qui explique au mieux les variations radiométriques de l'image. La typologie initiale est simplifiée en une typologie finale, également en sept classes, mais construite uniquement avec cette combinaison de descripteurs paysagers. La perte
  • d'information entre les deux typologies est quantifiable: seulement40 % de l'information initiale est conservée. La dernière étape est une classification floue basée sur une fusion multisource possibiliste. Elle permet de construire une cartographie floue
  • Une solution proposée pour gérer et diminuer l'incertitude spatiale dans des cartes forestières est la production d'une « super réalité de terrain ». Celle-ci est composée de polygones dont le contenu (par exemple espèce d'arbre) est connu à 100
  • interprétations. On superpose plusieurs cartes (trois au minimum) de la même zone et on ne retient que les fractions de la surface (les noyaux) qui appartiennent à la même catégorie sur les trois cartes. Un exemple de cette méthode avec des données réelles est
  • présenté. Une deuxième méthode provient d'une interprétation alternative des photographies aériennes. Le photo-interprète ne crée pas nécessairement des polygones fermés, mais il détermine seulement les régions sur la photographie dont il est certain. Ces
  • L'érosion hydrique est l'un des problèmes inquiétants dans la région du nord du Maroc. Le principal facteur de cette érosion est le ruissellement dont la répartition spatiale est contrôlée par celle des précipitations et des caractéristiques de la
  • concerne une étude cartographique basée sur des données de terrain, des données de télédétection et un modèle numérique d'altitude pour la cartographie des états de surface caractéristiques du bassin versant de Telata (nord du Maroc). Le but est de vérifier
  • drainage des sols. Le bassin versant de Telata est caractérisé par trois unités hydrologiques bien distinctes : unité B (drainage moyennement bon), unité C (drainage faible) et unité D (drainage médiocre). L'approche cartographique suivie est celle de
  • l'analyse biogéographique régressive. La première phase consiste à élaborer une partition de l'espace forestier en fonction de l'histogramme bidimensionnel des canaux XS2 et XS3 de HRV de SPOT sur une date de printemps. Le nombre de points de sondage est
  • proportionnel à la taille des classes obtenues et toujours pair de façon à constituer deux lots de sites-témoin, le premier pour établir la nomenclature, le second pour la vérifier. La répartition des points de sondage est effectuée à l'aide d'une table de
  • nombre au hasard. Chaque point de sondage est recalé sur les photographies aériennes et vérifié sur le terrain. Après traitement statistique des données collectées, la nomenclature est établie, puis vérifiée. Les quelques ambiguïtés restantes sont levées
  • en employant d'autres dates choisies en fonction des différents stades phénologiques. Puis, une analyse diachronique est exécutée selon la même procédure pour observer les changements de structures, les variations spatiales et pour définir les types
  • relative de l'aire d'étude (50× 50 km2), au Niger, et la variabilité spatio-temporelle de la rugosité et de l'humidité du sol, il est impossible d'acquérir ces paramètres à partir des mesures sur le terrain. La seule issue réside dans les techniques
  • d'inversion. La rugosité et l'humidité du sol sont estimées à partir d'un modèle empirique. Une très bonne relation est obtenue entre l'humidité estimée du sol et le signal d'un sol nu. On observe également une variation dans le temps de la rugosité du sol
  • . Une comparaison des paramètres estimés et mesurés indique une différence de magnitude et un profil temporel similaire. Par ailleurs, est quantifié le poids de la rugosité du sol qui est, en réalité, une rugosité relative. D'un point de vue pratique, sa
  • validation peut se faire par une simple comparaison avec le signal d'un sol nu et sec. Quant à l'humidité du sol, à grande échelle, seule une validation grossière est possible. Cette étude réalisée avec un capteur à 50 km de résolution présente un intérêt
  • classés. Compte tenu de la persistance de certaines confusions, des transects radiométriques sur l'image sont confrontés à des transects phyto-écologiques sur le terrain. C'est le canal XS3 qui reflète plus fidèlement les variations du couvert végétal sur
  • le terrain. Les variations sur les courbes de réflectance ne traduisent pas toujours des changements notables au niveau du couvert végétal et inversement. La principale source d'erreur de classement identifiée est la prépondérance de pixels mixtes
  • (mixels) due à l'aspect mosaïque de la végétation qui est un mélange de végétation naturelle remaniée, de cultures à petits parcellaires, de jachères et de pâturages. Ceci s'est traduit sur l'image par une variabilité de signature spectrale au sein de la
  • ligneuses à partir d'une longue série temporelle d'images MSS de LANDSAT, l'illustrent. Or, en pays tropicaux secs où le bois est la principale ressource énergétique, il est capital de fournir des estimations précises validées par des méthodes robustes et
  • simples. Dans cette communication, nous proposons une méthode de calcul de couverture ligneuse sur la base de photographies aériennes basse altitude géoréférencées, acquises sur avion léger. L'objectif final est de valider les résultats de traitements de
  • la série MSS. Sont abordés ici les problèmes de prise de vue, de numérisation et surtout de traitement des photographies. Le programme de traitement qui est décrit sélectionne, pour chaque photographie, les pixels ligneux par seuillage sur des
  • ou des statistiques auxiliaires est également intégrée dans des SIG. Les 6 derniers articles sont consacrés à l'action de recherche concertée télédétection des ressources en eau dont l'objectif est l'application de la télédétection et des SIG à la
  • Altitude ; Amérique du Nord ; Analyse moindres carrés ; Canada ; Canada Est ; Carte courbe niveau ; Carte topographique ; Interpolation ; Modèle numérique ; Méthode différence finie ; Précision ; Québec ; Réalité terrain ; Résolution spatiale
  • Altitud ; America del norte ; Canada ; Canadá Este ; Mapa de curvas de nivel ; Plano topográfico ; Precisión ; Quebec ; Realidad terreno ; Toma dato
  • L'objectif de cette étude est d'analyser l'impact de trois méthodes d'interpolation sur la précision et le coût des modèles numériques d'altitude (MNA) en fonction de la densité des données acquises et de la résolution spatiale du MNT à élaborer
  • ont été sélectionnés à partir d'une carte topographique dont l'échelle est deux fois supérieure à celle utilisée pour la saisie des données, autrement dit une carte au 1: 25 000 qui couvre le même secteur d'étude. Indépendamment de la densité des
  • données et de la résolution spatiale, les résultats obtenus montrent que la méthode des moyennes pondérées est moins précise que les deux autres méthodes. Globalement, la restitution des MNA à partir d'une équidistance de 10 met avec un pas
  • L'utilisation, dans le cadre d'un inventaire des structures forestières, de méthodes d'échantillonnage relevant des sondages spatiaux, où l'échantillon est une surface élémentaire appelée ici segment, nécessite de déterminer la taille de
  • l'échantillon, le nombre de ces échantillons et leur espacement. Dans la mesure où nous souhaitions comparer nos résultats à ceux de l'Inventaire forestier national (IFN), nous avons calé la taille des segments sur ceux de l'IFN, dont la surface est d'un hectare
  • et comparé la dépendance spatiale du secteur forestier public de Saint-Gobain/Coucy-Basse (Aisne, France) où devait se dérouler l'inventaire. L'analyse des variogrammes indique que le pas d'échantillonnage le plus adapté est d'au moins 900 m sur l'axe
  • Air ; Amérique du Nord ; Analyse image ; Canada ; Canada Est ; Humidité sol ; Mesure au sol ; Québec ; Rugosité ; Saisie donnée ; Satellite ; Satellite RADARSAT ; Sol ; Température ; Terrain ; Télédétection spatiale
  • America del norte ; Análisis imagen ; Canada ; Canadá Este ; Humedad suelo ; Medida en tierra ; Quebec ; Rugosidad ; Satélite ; Suelo ; Teledetección espacial ; Temperatura ; Toma dato
  • Le but de cette article est de présenter les principaux résultats d'une campagne de mesures au sol effectuée en quasi-synchronisme avec le passage du satellite RADARSAT. Cette campagne s'inscrivait dans le cadre du projet ADRO (039) du laboratoire
  • méthodes classiques. La caméra numérique, avec certains logiciels de traitement d'images (PhotoShop, Paint Shop Pro, Lview Pro), est un excellent outil de mesures de nature géométrique et l'expérimentation doit continuer dans le but d'opérationnaliser son
  • satellites ERS-1 1 et ERS-2 sur la bordure jordanienne du bassin tectonique de la mer Morte. Le but de l'étude est l'évaluation qualitative des modèles numériques d'altitude (MNA) interférométriques. Cette évaluation est réalisée sur base de leur
  • Dans ce travail, une méthode est proposée pour essayer de comprendre les processus de succession végétale dans une région de forêt tropicale humide peu connue. La méthode consiste à caractériser les stades de succession végétale sur le plan spectral
  • succession végétale à partir d'un nombre limité de données de terrain et des images multidates satellitaires est une approche méthodologique bien adaptée pour la caractérisation et le suivi écologique de la végétation en région de forêt tropicale humide.
  • archéologique. Une base de données cartographiques est réalisée sur une zone-témoin syrienne centrée sur les sites de Terqa (3e/2e millénaire av. J.-C.) et Doura Europos (Haut-Empire Romain). On montre que la connaissance de l'affectation du sol participe à la
  • conviennent le mieux pour cet usage. L'étude est cependant beaucoup trop limitée pour diminuer la valeur des images radars.
  • , Nouakchott s'est développée dans cet environnement fragile. L'utilisation de données HRV de SPOT ainsi que des études sur le terrain ont permis de cartographier les sols. Les données RSO de ERS-1 traitées récemment soulignent la géomorphologie des grands
  • hypothèses peuvent être avancées, la plus vraisemblable est que, la pénétration des ondes décroissant très fortement avec l'humidité, ces changements d'états témoignent des variations de la rétention en eau des sols. L'utilisation conjointe des données radar
  • numérisées permet d'identifier les plans de houle d'orientation NO-SE, responsables du transit sédimentaire O-E. Ce transit important, estimé à 800 000 m3 par an à l'ouest du canal de Vridi et à 400 000 m3 par an à l'est de ce même canal, contribue en grande
  • ont une valeur de réflectance qui est différente de la valeur de réflectance des sables fins unimodaux. Bien que la quantité et la qualité des informations extraites de l'interprétation numérique de photographies aériennes numérisées soient tout à fait
  • Prouver la pertinence de l'utilisation des images satellitaires pour le suivi de la dynamique du littoral de la ville de Cotonou afin de réduire de manière substantielle le coût trop élevé des travaux de terrain y afférant, tel est le but de cette
  • étude qui a été réalisée par la confrontation des mesures au sol, notamment des données topographiques, avec les résultats obtenus par traitement des images satellitaires. Le matériel de base utilisé est composé d'une carte topographique de base au 1: 50
  • , les ondelettes servant à encoder la différence d'informations entre deux pas de résolution successifs. Cette information structurale est ensuite intégrée aux canaux à BR pour produire les néo-canaux spectraux à HR simulée. Une méthodologie originale
  • d'intégration est proposée ici, basée sur l'ajustement des moyennes et des variances locales de l'image à HR à celles du canal à BR. L'algorithme effectue une égalisation des histogrammes locaux de l'image à HR avec ceux du canal à BR, et les différences qui
  • La reconnaissance de la couverture du sol à partir des classifications automatiques est l'une des recherches méthodologiques importantes en télédétection. Avec cette méthode, on a l'avantage de disposer d'une couche classifiée, à mettre en
  • Le suivi de l'humidité du sol dans l'espace et dans le temps constitue un élément-clé des modèles hydrologiques utilisés pour l'étude des ressources en eau et l'aménagement des bassins versants. Le signal radar est sensible à l'humidité du sol et
  • d'utilisation du signal rétrodiffusé de la bande C (3,75-7,5 cm) du nouveau capteur RSO de RADARSAT-1 pour la discrimination des sols en fonction de leur potentiel de drainage. La zone d'étude est le bassin versant de Telata connu par sa topographie très