inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (17 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • espèces organiques, produites lors de l'inondation du Varzea, est discuté en relation avec les problèmes du transport de l'or. Le cycle géochimique de l'or est précisé.
  • Le Congo est le 2ème fleuve du monde par son débit. Son régime, très régulier, montre une forte tendance à la baisse depuis une vingtaine d'années. Les ressources en eau présentent un déficit de 10% par rapport à la moyenne. L'hydrogramme du Congo à
  • Brazzaville est le résultat du mélange des eaux des hémisphères Nord et Sud; on peut donc découper cet hydrogramme pour retrouver les origines des eaux. Période d'étude 1987-1992.
  • Chimie du fleuve Tocantins et de rivières côtières de l'Est du Para (Brésil)
  • La chimie de certains éléments est principalement dominée par les apports atmosphériques: Cl, K, SO4. Les contributions atmosphériques sont importantes pour Na et Sr. La quantification de ces contributions permet de calculer des rapports
  • Les flux de matières sont quantifiés aux échelles hebdomadaire et mensuelle. Le tonnage annuel moyen de matières exportées, particulaires et dissoutes, est de 6,5 106 t.an-1; le transport spécifique est de 13,3 t.km-2.an-1. Les matières
  • particulaires ne constituent que 42% de ce flux, soit une érosion mécanique spécifique de 5,5 t.km-2.an-1. Le facteur primordial d'acquisition de la charge solide c'est le volume d'eau écoulée mis en jeu.
  • Les observations effectuées de 1987 à 1992 sur les transports solides et dissous du Congo ont permis de les quantifier avec précision et de définir leurs natures. La concentration interannuelle moyenne de ces transports est faible par rapport à
  • celle des grands fleuves de la planète. On note la grande régularité des régimes d'exportations solides et liquides. Le fonctionnement de l'écosystème est très marqué par la forêt équatoriale, qui couvre plus de la moitié de ce bassin-versant.
  • qu'un retour à la normale du régime des pluies paraît amorcé. Le déficit annuel des ressources en eau est passé de 7% pour la décennie 70 à 16% pour la décennie 80. Les maximums annuels de crue sont plus faibles. Ce tarissement s'est considérablement
  • son embouchure, qui est de 209 000 m3/s pour la période 1973-1990.
  • Le volume annuel écoulé a diminué de 20% pendant la décennie 70 et de 46% pendant la décennie 8O. Cet appauvrissement durable, en dépit de déficits pluviométriques moins importants, est lié à un amenuisement des ressources souterraines mis en
  • Initié en 1976 par un projet de barrage à proximité de la frontière malienne, le contrôle des transports du fleuve Niger s'est poursuivi durant près de 10 ans. Le transport en suspension, faible toute l'année, connaît 2 maxima: celui de l'hivernage
  • La densité du réseau pluviométrique utilisable pour la période 1951-1989 sur le bassin-versant du Congo à Brazzaville est une des plus faibles d'Afrique. Les données de pluies manquantes sont calculées par interpolations entre postes voisins, à
  • Analyse sédimentologique d'alluvions prélevées dans le chenal de la cuvette entre Mopti et Kona, et dans le cours inférieur du Niger et du Bani. La fraction d'origine fluviatile est issue du démantèlement des grès horizontaux précambriens et des
  • l'exutoire, d'un mélange d'eaux issues de la pluie et des différentes couches du sol. L'utilisation de traceurs chimiques est indispensable à la caractérisation du l'eau du réservoir sol.
  • Villabella (1983-1989) qu'à Brazzaville (1987-1992). La variabilité temporelle est toujours plus forte sur le Madeira (débits, matières dissoutes ou particulaires).
  • Dans les 4 rivières étudiées, la matière organique associée aux particules en suspension est majoritairement d'origine terrigène. L'analyse par pyrolyse-CG-SM de la matière organique des sols de surface des bassins-versants permet de différencier
  • Calcul des flux de carbone organique dissous et particulaire exportés pour l'année 1992 par 2 bassins-versants au couvert végétal différent, l'Oubangui (zone de savane) et la Ngoko (zone de forêt). L'origine du carbone est discutée en fonction des
  • et 1993. La quantité de matériaux érodés croît avec le débit de pointe de crue. La sédimentation est inversement proportionnelle à la vitesse de décrue.
  • L'étude faite sur l'année 1989 à Brazzaville montre que la concentration et les variations isotopiques dépendent du fonctionnement hydrologique et résultent d'un mélange de différents pools hydrologiques. L'exportation des éléments par le Congo est