inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (5 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • tous les grands équipements et sièges d’institutions importants du pays à Bamako fait qu’elle est la destination favorite des ruraux. L’urbanisation accrue de la ville se traduit spatialement par un étalement croissant. En vingt-huit ans, la tache
  • urbaine de la ville de Bamako a augmenté de 7290 ha. Elle est passée de 17 % et 1986 à 32 % en 2014. Durant cette période, il y a eu beaucoup d’aménagements dans le District de Bamako. Mais elle a été marquée davantage par le développement remarquable de
  • foncière de Bamako se traduit par une rurbanisation des communes environnantes. À partir de l’analyse de la dynamique spatiale de Baguinéda, Sanankoroba, Siby et Dio-gare, il s’est avéré que la plupart des communes environnantes de Bamako étaient quasiment
  • sept ans est assez soutenu, et reflète l’influence de Bamako sur ces localités, sachant que les dernières réserves importantes de Bamako ont été consommées entre 1998 et 2000. Entre 2006 et 2014, la tache urbaine de ces localités a évolué en moyenne de
  • 74 %. Ce rythme de croissance des localités environnantes de Bamako est assez alarmant. D’où la nécessité de prendre des dispositions pour stopper l’étalement spatial de ces communes. L’une des solutions reste la migration vers la construction à
  • hauteur. Dans l’agglomération Bamakoise, 51 % des ménages sont favorables à l’instauration de la construction verticale (6.6.2.1 La préférence des logements à étage pour les ménages). Cette forme de construction est perçue comme une opportunité d’accéder à
  • La construction en terre devient un sujet d’actualité pour l’architecture contemporaine occidentale. En revanche, au Mali, le matériau terre est aujourd’hui délaissé. Ce paradoxe invite à porter notre attention sur le territoire malien, afin
  • d’apprendre du terrain les implications du matériau terre, notamment à l’échelle urbaine. Au Mali, la ville en terre est aujourd’hui essentiellement synonyme de patrimoine figé. Il existe pourtant un secteur urbain bien vivant : l’urbanisation informelle, qui
  • , stimulée par les énergies de survie, génère une dynamique spatiale spécifique. C’est à partir de cette réflexion générale que l’étude s’est resserrée sur un petit quartier informel essentiellement construit par des pêcheurs Bozo de la ville de Bamako
  • les contraintes auxquelles les populations rurales sont confrontées. La forte croissance démographique constatée dans les villes aussi bien que dans les communes périphériques, est source de profondes mutations foncières et d’enjeux importants. Ces
  • espaces sont affectés par de rapides et multiples transformations dans un contexte de décentralisation favorisé par un libéralisme économique depuis l’avènement de la démocratie. L’objectif principal de cette recherche est de contribuer à une meilleure
  • collectivités territoriales de Baguinéda, Sanankoroba, Kambila et N’Gabacoro Droit, pour y étudier l’évolution du foncier périurbain, ses mutations, les stratégies et les pratiques des acteurs dans le processus d’accaparement foncier. Cette situation est l’une
  • La ville de Bamako produit-elle du changement politique ? C'est à cette question, en apparence classique que cette thèse entend répondre. A partir d'une enquête menée dans le contexte des échéances électorales de 2007, nous proposons d'aborder les
  • , marquée par un environnement économique mondial difficile et un contexte sociopolitique complexe, le bilan est diversement apprécié. Bamako et plusieurs autres centres urbains restent partiellement privés d'eau potable. Pour pallier cette présence