inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (16 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • sécuritaire de la politique migratoire américaine après 1986, ils font partie de ces 2.1 millions de mineurs Mexicains qui n'ont jamais eu accès à un statut légal depuis qu'ils sont arrivés dans leur «pays d'accueil». À partir d'entretiens biographiques et
  • retours dits «volontaires». Plus qu'un véritable choix, cette bifurcation dans leur trajectoire biographique est une réponse à la situation d'enfermement social, économique et physique à laquelle se retrouvent confrontés les immigrants illégaux aux États
  • La construction sociale de la realite hydraulique au Mexique (1951-2010) : champs sociaux, reseaux et representations territoriales en conflit
  • Espace social et habitation dans l Etat mexicain de Queretaro
  • Mexico - Mexique - Amerique centrale - Amerique - Espaces publics - Enfants de la rue - Reseaux sociaux - Marginalite - Exclusion sociale
  • « Pour un morceau de terre » : Enjeux sociaux et politiques de la valorisation touristique de l’espace au Mexique
  • Conflit social
  • Parce qu’ils font l’objet d’une valorisation particulière, les lieux touristiques sont parfois l’enjeu de conflits entre les acteurs et les groupes sociaux qui tendent à se les approprier. Le phénomène prend une intensité particulière au Mexique où
  • le tourisme constitue une activité économique de premier plan et où les antagonismes sociaux s’expriment parfois avec violence. À partir d’une approche ethnographique, la thèse présente l’étude comparée de trois processus localisés marqués par
  • , la thèse interroge la valorisation touristique de l’espace à l’aune des contradictions sociales qu’elle contribue à produire ou à alimenter, notamment autour de la question foncière et des rapports de propriété. L’analyse se déplace ensuite vers
  • l’étude des contextes politiques dans lesquels ces conflits s’expriment, posant la question des usages politiques de l’espace. Ces deux entrées sont proposées comme éléments d’une réflexion matérialiste sur les enjeux sociaux et politiques du fait
  • Le business : une forme sociale mexicaine : ethnographie d'un marché de textile et confection au centre historique de la ville de Mexico
  • une affaire, une vente, un gain, avec des comportements orientés à des normes qui obéissent à des filiations, obéissances et légitimités qui impriment des traits familiers, communautaires et paternalistes aux groupes sociaux étudiés. Autour du business
  • , s'agglutinent d'immenses secteurs sociaux et politiques donnant lieu à une forme sociale dans laquelle l'exercice du business détermine les structures de contrôle social, de sécurité, ainsi que les normes groupales et communautaires qui régulent, ordonnent et
  • imposent leurs hiérarchies : elles forment une forme sociale. Les individus de ce groupe social possèdent des motivations économiques de recherche pour l'optimisation de leurs bénéfices, leurs motifs de subsistance, leurs motivations d'exploitation des
  • organisations sociales et les leaderships locaux développent un rôle fondamental dans le fonctionnement social mexicain.
  • les stratégies de régularisation physique et juridique sont interrogés au regard des évolutions sociales, démographiques et politiques. Le caractère dynamique et divers des colonies populaires a été examiné à travers deux outils conceptuels de l’étude
  • sociodémographiques systématiques et d’un travail empirique dans quatre quartiers. Une fois le cadre de travail présenté, les contextes de la maturation ont été observés selon trois entrées : sociale, relative aux mobilités, et politico-juridique. Les trajectoires
  • expériences citadines, en particulier par rapport aux ressources de la proximité, les dynamiques de régularisation foncière et urbanistique dans leur complexité et les évolutions de la division sociale de l’espace. Au final, ces quartiers deviennent de plus en
  • mobilité sociale
  • Tout en défiant l’anthropologie classique, cette étude montre la manière selon laquelle les perspectives intimistes peuvent contribuer à la compréhension de phénomènes sociaux. Le point de départ est celui de l’histoire personnelle de l’auteure et
  • en péril leur vie dans le quotidien, et d’établir quels sont les différents facteurs qui interviennent dans le fait que certains individus parviennent à réaliser une trajectoire d’ascension sociale alors que d’autres non. Cette thèse décrit d’abord le
  • l’unité domestique dans une unité de production. Elle explore ensuite les possibilités qu’ont les habitants du quartier de Miguel Hidalgo d’accomplir une certaine ascension sociale grâce aux études. Elle montre aussi les modes selon lesquels les résidents
  • détermine la division sociale de l’espace urbain. On constate en effet que les “pionniers urbains” prennent place en des lieux spécifiques, en particulier le long des foyers “civilisateurs” établis depuis la période coloniale, où l’on retrouve actuellement
  • des différents mécanismes de patrimonialisation et de gestion sociale établis par le gouvernement local en guise de neutraliser les conflits inhérents au processus de gentrification.
  • les facteurs socio-culturels de vulnérabilité, et notamment sur la représentation sociale du risque et de la catastrophe, puisqu'elle a un impact direct sur les réactions individuelles et collectives face aux risques et aux sinistres. Le cas de
  • recherche constate que dans la configuration actuelle du paysage institutionnel et social autour de la problématique des risques, bien de groupes sociaux et institutionnels s'y accommodent de la situation actuelle, peu propice à un véritable accroissement de
  • Conflit social
  • sociologie des mouvements sociaux, à l’anthropologie politique de l’État et des ONG, et à la micro-histoire. L’étude en trois volets remonte aux années 1940 et s’achève en 2010, afin d’analyser la genèse et les transformations des rapports des pedranos à
  • sur les protagonistes actuels. Ce parcours s’appuiera sur les transformations observées sur le terrain et mettra en lumière les ajustements du système symbolique aux nouvelles réalités économiques et sociales.
  • sociales et politiques en question. Cette contribution constitue ainsi un apport aux travaux sur l’État et les dimensions culturelles du politique.
  • mémoire sociale. Ici, la dimension historique a une grande importance, car les actions rituelles qui se succèdent dans le K'in tajimol font écho à plusieurs moments de l'histoire locale, régionale et même nationale. On ne peut pas comprendre le K'in
  • d'emplois (notamment dans les services), mais négatifs en termes sociaux et environnementaux. D'autre part, nous analysons les stratégies de reproduction agricoles, foncières et non agricoles que mobilisent les habitants originaires dans ce contexte