inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (3 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • La participation associative dans les quartiers populaires : associations, problèmes publics et configurations politiques locales dans la périphérie urbaine de Paris et de Buenos Aires.
  • offertes par la désagrégation du système politique communiste des « banlieues rouges » et l’intervention croissante de l’État dans les quartiers populaires au travers de la politique de la ville. L’étude de l’activité et du fonctionnement de cette
  • chômage (piqueteros). Le rôle d’intermédiaire des politiques sociales joué par cette association permet de questionner les liens qui unissent ces organisations populaires aux pouvoirs publics et le possible redéploiement des réseaux politiques
  • La thèse se positionne au croisement de la problématique de la publicisation des problèmes sociaux et de celle de la transformation des engagements militants. La recherche entend expliquer, par une double approche locale et internationale, l’essor
  • de la participation associative depuis les années 1970 dans les quartiers populaires urbains situés en périphérie de Paris et de Buenos Aires. La première partie est consacrée à l’analyse des théories politiques du fait associatif et à leur insertion
  • au sein d’une sociologie empirique de la participation associative. La généalogie de la notion de société civile est mise en relation avec l’avènement de la démocratie moderne afin d’inscrire l’essor associatif des dernières décennies dans une
  • perspective historique de longue portée. Notre approche de la participation associative est ensuite explicitée en référence à trois grandes thématiques du fait associatif : le tiers secteur, le capital social et l’engagement militant. La deuxième partie
  • « Une vie incomplète » : le cas particulier de la colonia Miguel Hidalgo, Ecatepec, État de México
  • Tout en défiant l’anthropologie classique, cette étude montre la manière selon laquelle les perspectives intimistes peuvent contribuer à la compréhension de phénomènes sociaux. Le point de départ est celui de l’histoire personnelle de l’auteure et
  • la méthode employée implique la reconnaissance d’une problématique partagée avec l’altérité étudiée ici. Cependant, il ne s’agit pas d’un récit autobiographique mais bien d’une tentative de saisir dans le dialogue avec autrui des réponses à un avenir
  • individuel et collectif. En cela, l’objectif est d’expliquer comment est-ce que les habitants d’un quartier défavorisé, comme celui de Miguel Hidalgo dans la périphérie de la Ville de Mexico, s’organisent pour faire face aux multiples infortunes qui mettent
  • mode selon lequel les habitants se sont organisés pour satisfaire leurs besoins de base et faire face à leur situation défavorable. Elle examine ensuite l’existence d’un modèle socioéconomique, étendu à la communauté, fondé sur la transformation de
  • l’unité domestique dans une unité de production. Elle explore ensuite les possibilités qu’ont les habitants du quartier de Miguel Hidalgo d’accomplir une certaine ascension sociale grâce aux études. Elle montre aussi les modes selon lesquels les résidents
  • de cette zone prétendent transformer la société, pour réaffirmer les liens communautaires ou bien pour construire de nouvelles identités. En conclusion, il est établi que, même quand dans une large mesure les jeunes ont été ceux qui ont impulsé la
  • Cette thèse analyse les causes et les impacts de l'urbanisation et de la gentrification rurale dans trois municipalités de l'état de Morelos, au Mexique, ainsi que les stratégies de reproduction que mobilisent les habitants originaires dans ce
  • contexte, Nous examinons deux types de causes de l'urbanisation et de la gentrification rurale, ceux qui, « du côté de la production », créent l'offre d'espaces gentrifiés, el ceux qui, « du côté de la consommation », encouragent la demande de ces espaces
  • . Quant aux impacts de cette urbanisation et gentrification rurale sur les habitants originaires, ils sont, de façon générale, positifs en termes économiques, encourageant lU1 ancrage des habitants ù leurs localités d'origine à partir de la création
  • d'emplois (notamment dans les services), mais négatifs en termes sociaux et environnementaux. D'autre part, nous analysons les stratégies de reproduction agricoles, foncières et non agricoles que mobilisent les habitants originaires dans ce contexte
  • d'urbanisation et de gentrification rurale. Ainsi, nous montrons qu'il y a une expansion des stratégies non agricoles - notamment l'adoption d'emplois non agricoles et l'accroissement de la scolarisation - qui ont des impacts sur les stratégies agricoles, surtout
  • en ce qui concerne la diminution de la participation de la main-d'œuvre familiale aux activités agricoles el l'augmentation du poids de la main-d'œuvre agricole salariée, ainsi que sur les stratégies foncières, encourageant la vente et la mise en