inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (5 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Régénération urbaine des quartiers péricentraux de Beyrouth : le cas de Zokak el-Blat (1850-2013)
  • bâti, du pacte social qui régit les relations de ses habitants ainsi que de la structuration de sa morphologie urbaine. Le rapport de force prévalant entre les secteurs privé et public, ainsi que le rôle et l’autorité de l’État face aux différentes
  • de ses services urbains et de sa qualité de vie. Pourtant, malgré l’état de crise sécuritaire latent et bien au-delà de la crise économique mondiale, d’innombrables chantiers continuent de s’y développer. De par leur vulnérabilité aux dynamiques en
  • s’appuie d’une part sur une approche historique et contextuelle visant à étudier les périodes de structuration urbaine moderne de la ville de Beyrouth et ce, en fonction de critères relevant de la constitution du rôle culturel du quartier, de son patrimoine
  • Les quartiers de la première couronne urbaine qui entourent le centre historique de Beyrouth connaissent actuellement une régénération spontanée – par opposition à celle planifiée du centre-ville attenant – qui se caractérise par de fortes
  • inégalités socio-économiques, des politiques sectaires territorialisées, une fragmentation de l'espace urbain, etc. La ville, qui porte encore en elle les stigmates d’une guerre civile pourtant terminée depuis près d’un quart de siècle, connait un net recul
  • cours et mentionnées ci-dessus, les zones péricentrales qui se sont développées à partir de la moitié du XIXème siècle sont particulièrement intéressantes à observer. Le quartier de Zokak el-Blat en constitue l’exemple le plus représentatif des
  • Territoires et conditions de vie : santé des femmes et des enfants dans trois quartiers squattés de la ville d’El-Mina, Liban-Nord
  • des enfants jusqu'à l'âge de cinq ans. Loin des caractéristiques intrinsèques des quartiers informels, le contexte géographique externe joue-t-il un rôle dans l'état de santé de ces habitants ? Existe-t-il une influence du système de soin de la ville
  • et quels sont les autres acteurs urbains dont dépend l'état de santé actuel ? Par conséquent, une combinaison de méthodes d'analyse statistique et spatiale a été adoptée afin de répondre à la problématique posée. L'hypothèse relevée dans cette étude
  • a été vérifiée en mettant en évidence un état de résilience partielle chez les habitants de territoires squattés de la ville malgré les aléas qui y existent. Avec le temps, les populations y résidant ont pu surmonter les hasards et acquérir des pratiques
  • l'évaluation de la santé des plus démunis de la société. L'exploration du rôle des acteurs urbains externes aux zones informelles et facilitant le recours au soin a aidé dans l'explication du profil de santé déclaré. Cependant, cette approche demeure
  • Hay El-Tanak, Haouch et El-Masaken El-Chaabiyah sont trois quartiers squattés localisés dans la ville d'El-Mina, au nord du Liban. Cette ville côtière de forme péninsulaire fait partie de l'union d'Al-Fayhaa dont la municipalité principale est
  • Tripoli. Les territoires squattés sont illicitement édifiés sur des terrains privés et prennent aussi la forme de bâtiments occupés par des ménages ne disposant d'aucun titre juridique. Les populations résidant dans ces territoires, dont le plus ancien
  • Les mecanismes d integration de la diaspora armenienne : Alfortville, Marseille, Los Angeles, Beyrouth
  • Alfortville - Marseille - Los Angeles - Beyrouth - France - Etats-Unis - Liban - Europe - Amerique du Nord - Moyen-Orient - Europe - Amerique - Moyen-Orient - Femmes - Conditions Sociales - Discrimination sexuelle - Espaces publics - Travail
  • Gallery de La Tremblaye, Nadine
  • IEP de Paris
  • France ; Etats-Unis ; Liban
  • Pouvoir et production urbaine à Tripoli Al-Fayha'a (Liban) : quand l'illusio de la rente foncière et immobilière se mue en imperium
  • désignerait, d'une illusio immobilière, produit et productrice d'un puissant « affect commun » joyeux, laquelle serait parvenue en suivant la proposition de B. Spinoza ‒ à un état d'imperium aux conséquences humaines et gouvernementales insoutenables.
  • L'agglomération de Tripoli Al-Fayhā’a (Liban) est riche d'une histoire complexe et mouvementée. Depuis un siècle, sa société doit faire face à de profondes mutations aux causes et conséquences multiples, mais essentiellement liées à la
  • reconfiguration de ses structures économiques engendrée par son incorporation dans le Liban moderne. Ancienne cité commerciale rayonnante à vocation régionale et internationale, Tripoli a perdu de son dynamisme économique. Elle ne produit plus suffisamment de
  • richesses pour assurer à sa population une continuité de sa prospérité passée. Elle est devenue le lieu de combats physiques, économiques et symboliques dans lequel ses habitants luttent quotidiennement pour assurer leur subsistance. Postulant
  • l'établissement d'une économie désormais principalement fondée sur des logiques de rente foncière et immobilière et de spéculation, notre thèse se propose d'analyser les raisons et la véritable teneur de ce mode de production urbaine particulier, ainsi que ses
  • mécanismes et effets, sous l'angle de l'étude, dans la durée, des spatialités relatives à trois projets urbains : l'aménagement du littoral, la réalisation d'une opération de remembrement à finalité immobilière de jardins périurbains et le réaménagement et la
  • temples romains, la population locale y voit une Qalaa (citadelle) arabe. Entre la romanité et l’arabité du site, l’État libanais a opté pour sa dimension phénicienne qui affirme que les Libanais sont les descendants des Phéniciens. Avec la remontée du
  • enjeu géopolitique. La construction nationale a approprié le regard orientaliste pour postuler une identité libanaise assise sur des mythes fondateurs ; elle a mobilisé les Libanais autour des valeurs communes de la nation afin de diluer les identités
  • communautaires. La guerre civile a réactualisé ces identités et les communautés se sont emparées de leurs particularismes religieux au profit des acteurs divers qui s’affrontent au Moyen Orient et qui instrumentalisent la carte communautaire libanaise dans leurs
  • confrontations. Le Liban a traversé deux périodes de construction identitaire : nationale et communautaire ; chacune de ces périodes a sécrété un patrimoine particulier. À Baalbek, ville connue par l’Occident à travers les récits des voyageurs, la construction
  • nationale désigne le site archéologique comme patrimoine national. Or, ce site se caractérise par une sédimentation de couches culturelles qui sollicite une lecture patrimoniale différente selon des échelles : alors que le regard occidental y voit des
  • pouvoir communautaire chiite dans la ville, un nouvel objet patrimonial émerge : le mausolée de Sit Khawla répond par son référentiel identitaire et la dynamique économique qu’il induit dans la ville, aux aspirations de la population locale recomposée