inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (8 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • La restauration des grands équilibres financiers et monétaires et l'accélération décisive des privatisations industrielles ont été les paris relevés par le gouvernement en 1997. La première épreuve a pu être en partie surmontée au prix d'une brutale
  • récession et d'une baisse du niveau de vie. 1997 a été une bonne année pour les investissements étrangers. Ce regain de capitaux étrangers et la hausse du chômage dans certains secteurs industriels marquent l'entrée effective de l'économie dans la phase
  • Malgré des dysfonctionnements institutionnels et une forte concentration du pouvoir, les bons résultats économiques du pays ont surpris les observateurs, qu'il s'agisse de la croissance, de l'inflation, de la production industrielle et agricole ou
  • Dégradation de la situation en 1997, avec une baisse de la production industrielle, une difficile restructuration du monde agricole, une baisse de la compétitivité, et le manque de ressources budgétaires. Importante dévaluation de la couronne. La
  • d'une telle décision sur l'activité économique d'un pays où règne la monoculture du coton, qui possède une base industrielle étroite et effectue peu d'échanges.
  • Croissance limitée à 3,3% en 1997 malgré un développement des services. Manque d'investissements, absence de restructuration industrielle, agriculture trop parcellaire. Absence de règlement du conflit du Haut-Karabakh. Importants déficits commercial
  • Situation de crise grave depuis le second semestre 1996. La forte baisse de la production industrielle a contribué à la chute du PIB. Mise en place d'un directoire financier par le FMI pour agir sur une inflation galopante. Amenuisement des déficits
  • leur entrée dans l'UE. Son taux de croissance performant en 1997, malgré une chute de la production industrielle et de faibles résultats agricoles, a été tiré par les services et le bâtiment. Situation financière encore peu saine et déficit commercial
  • économie relativement solide : croissance tirée par les services et les activités commerciales de transit, hausse de la production industrielle, budget équilibré, dette réduite. Il existe pourtant un malaise social latent.