inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (4 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • L espace vecu dans la Medina de Meknes (Maroc)
  • Meknes - Maroc - Afrique du Nord - Afrique - Urbanisme - Aspect sociologique - Qualite de la vie
  • Habitat et mode de vie de la vallée du Drā (Maroc) : le village d'Asrir n'llemchane
  • Mode de vie
  • perspective avec le mode de vie et l'organisation sociale de la population, en lien avec l'agriculture de palmeraie et le système d'irrigation. L'analyse des maisons a permis de forger des hypothèses sur le développement du village et de son enceinte au cours
  • , national et global, d'autant que, rejoint spatialement par Zagora, la ville toute proche, le qsar que nous étudions a fini par y être intégré comme quartier. Cette situation a créé de nombreux bouleversements à la fois dans la forme du qsar que dans sa vie
  • choisi ici comme exemple représentatif est le qsar d'Asrir n'Ilemchane dans la vallée du Drā. Cette agglomération est un exemple très spécifique de ces groupements fortifiés aux maisons mitoyennes à puits de lumière central. Au-delà de la dénomination
  • qui l'habitent, principalement deux, les Draoua ou Haratines, habitants originels, agriculteurs-jardiniers de l'oasis, et les Berbères Ayt Ātta, semi-nomades transhumants de la montagne proche, le jbel Saghro, installés plus récemment, comme
  • protecteurs des sédentaires. Après une présentation du contexte naturel et historique de la vallée et de son peuplement composite, notre démarche de recherche s'appuie sur une documentation architecturale détaillée, relevés et dessins, d'une trentaine de
  • terminer, nous évoquons les transformations de cet habitat en tension entre tradition et modernité. Elles sont marquées à la fois par l'usage de techniques et de matériaux constructifs différents et par les modifications profondes de l'environnement local
  • Penser les rapports aux lieux dans les mobilités privilegiées : étude croisée des backpackers en Thaïlande et des hivernants au Maroc
  • Mode de vie
  • reconfigurations des rapports sociaux et des rapports de pouvoirs entre passage et appropriation de l’espace, permettent de saisir la dimension translocale des modes de vie contemporains. Cette thèse analyse finement les pratiques des backpackers et des hivernants
  • Cette thèse analyse les mobilités privilégiées internationales à partir d’une lecture spatiale croisant deux groupes : les backpackers et les hivernants. L'objectif est de comprendre la diversité des rapports aux lieux produits par ces mobilités
  • Nords-Suds principalement guidées par le loisir et de longue durée, dans le cadre d'une mondialisation croissante des modes de vie. Ces deux figures de jeunes itinérants (backpackers) et retraités séjournant l'hiver au soleil(hivernants), sont abordées
  • Ailleurs, requalifie les dualités classiques (tourisme - résidence, quotidien - hors-quotidien). L'imbrication des jeux de pouvoir favorise ces populations mobiles privilégiées dans la construction d'un chez-soi temporaire dans un Ailleurs. Au final, la
  • thèse investit la notion de mondialisation à travers le croisement de ces deux figures de la mobilité. Celles-ci reconfigurent dans une dimension translocale les cadres structurants de lecture des sociétés, au-delà des interprétations uniquement
  • de façon croisée à travers une enquête de terrain, déclinée respectivement en Thaïlande (Bangkok et Ko Phangan) et au Maroc (Agadir). Au croisement des études touristiques et migratoires, notamment autour des lifestyle migrations, les continuités et
  • Casablanca, une "ville à l'envers". Urbanités métropolitaines au prisme de la marginalité sociale au Maroc
  • évidence l’importance de la visibilité de la transgression des normes sociales. Ces projets contraignant les citadins déviants à réadapter leurs lieux de vie à l’injonction à une urbanité policée sont analysés au regard des limites des compétences des
  • Cette recherche porte sur les mécanismes d’ajustement des différentes urbanités en présence à Casablanca, principale métropole du Maroc, par le biais de l’étude de l’appropriation d’espaces publics par des pratiques déviantes. La question des
  • rapports mutuels entre les citadins déviants et l’ensemble des acteurs de la ville (citadins ordinaires et acteurs institutionnels de l’aménagement), incarnée dans le processus d’aménagement urbain du centre-ville à partir de 2002, permet de mettre en
  • citadins en situation de vulnérabilité et interrogent l’aménagement dans sa capacité à intégrer toutes les composantes sociales de la ville. Dans une démarche de type ethnographique, explorer l’articulation du lien social à la morphologie urbaine permet de
  • comprendre les transformations des valeurs à l’oeuvre dans des situations de déviance, révélatrices de changements affectant les formes familiales et l’ensemble de la société marocaine, pour les hommes et les femmes en quête d’individuation.