inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (5 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Ispahan : enjeux et stratégies autour du patrimoine
  • Patrimoine culturel
  • protection des patrimoines d'Ispahan, en particulier de la RROI (Organisation de Rénovation et de Restauration d'Ispahan) et de l'ICHHTO d'Ispahan (Organisation de Patrimoine Culturel, d'Artisanat et du tourisme), ainsi que des entretiens, des enquêtes, des
  • récentes en faveur du secteur du patrimoine culturel et du tourisme, notamment après la révolution islamique d'Iran en 1979. A une époque où la croissance incontrôlée urbaine a engendré une détérioration progressive du tissu historique des villes iraniennes
  • patrimoine, nous mettons en évidence les spécificités du concept dans le monde islamique et iranien, et nous évoquons des visions différentes (occidentales-orientales). Egalement, nous abordons les défis principaux face au patrimoine iranien et d'Ispahan. Par
  • la suite, nous analysons les grandes stratégies et des initiatives récentes en faveur du secteur du patrimoine culturel et du tourisme d'Ispahan, après la révolution islamique et notamment par le plan Outlook iranien. Il s'agit de quatre programmes
  • secteur du patrimoine culturel et du tourisme. Nous discutons également des projets impactant (négativement) les biens historiques et inscrits au patrimoine mondial. Les sources utilisées (documents d'archives et originaux), sont des dispositifs de
  • Ce travail de recherche doctorale interroge les enjeux et les stratégies culturelles, économiques, politiques, et sociales liées au patrimoine pour la ville d'Ispahan. Il est centré sur la mise en place des grands plans iraniens et des initiatives
  • Mise en tourisme du patrimoine culturel immatériel - Etude de la ville d'Hoi An, Viet Nam
  • Asie du Sud-Est
  • Patrimoine culturel
  • l’UNESCO lui est bénéfique dans de nombreux domaines comme l’économie, le social et la culture mais lui apporte, aussi, des effets négatifs. Dans ce contexte, la gestion du patrimoine culturel immatériel a-t-elle été orientée par les gestionnaires du
  • différences comportementales vis-à-vis de l’usage du patrimoine culturel immatériel tant par les touristes internationaux que par les touristes domestiques. Notre recherche montre finalement que la ville s’intéresse au déploiement des ressources de ce
  • La ville d’Hôi An qui s’étend sur 63 km2 possède un patrimoine culturel mondial connu sous l’appellation « d’ancien quartier ». Le territoire de l’ancien quartier s’étend sur 30 ha (soit 0,3 km2) et accueille chaque jour une quantité moyenne de plus
  • de quatre mille visiteurs. Au travers de nos enquêtes de terrain, nous avons remarqué que le soir est le moment où il accueille la plus grande densité de touristes; surtout des touristes domestiques. La reconnaissance officielle du vieux quartier par
  • tourisme pour devenir un moyen efficace d’étaler les impacts et les bénéfices vers les autres quartiers de la ville pour un développement durable du tourisme culturel? Au travers de nos méthodes qualitatives et quantitatives, nous avons étudié les
  • patrimoine afin de générer des produits touristiques durables; cependant elle n’envisage pas encore la génération de produits propres à chaque type de touriste. Notre étude nous indique également qu’il existe, à la fois, convergences et divergences dans
  • Les enjeux du patrimoine au Liban : Baalbek : quelles échelles pour quels patrimoines ?
  • Asie du Sud-Ouest
  • Patrimoine culturel
  • communautairement. Il s’ensuit deux pôles patrimoniaux qui coexistent dans l’espace de Baalbek. Cette bipolarité patrimoniale renvoie à des enjeux, des logiques d’acteurs et des acceptions du patrimoine que cette thèse s’attache à analyser.
  • confrontations. Le Liban a traversé deux périodes de construction identitaire : nationale et communautaire ; chacune de ces périodes a sécrété un patrimoine particulier. À Baalbek, ville connue par l’Occident à travers les récits des voyageurs, la construction
  • nationale désigne le site archéologique comme patrimoine national. Or, ce site se caractérise par une sédimentation de couches culturelles qui sollicite une lecture patrimoniale différente selon des échelles : alors que le regard occidental y voit des
  • temples romains, la population locale y voit une Qalaa (citadelle) arabe. Entre la romanité et l’arabité du site, l’État libanais a opté pour sa dimension phénicienne qui affirme que les Libanais sont les descendants des Phéniciens. Avec la remontée du
  • Afrique du Nord
  • Patrimoine
  • l'action autour des patrimoines permet de comprendre le rôle du tourisme dans l'ancrage territorial d'imaginaires géographiques en déshérence. D'autre part, la conception des acteurs étatiques du projet urbain met en évidence la manière dont sont récupérées
  • configure des représentations hétérogènes héritées du passé de la ville qui s'est, très tôt, imposée comme ville-monde puis comme un haut-lieu littéraire du XIXème siècle. Le travail sur le décalage narratif dans les points de vue des divers acteurs en
  • et aseptisées les images du tourisme dans l'élaboration de la relation de la ville au monde afin de l'intégrer à l'économie globale.
  • Le rôle du centre historique dans la ville : une étude comparative entre João Pessoa et Tours
  • Amérique du Sud
  • Patrimoine culturel
  • . Le travail vise aussi de comprendre la valeur que les personnes vont attribuer aux vieux bâtiments après sa réhabilitation, liée à la valorisation du patrimoine culturel, qui fonctionne comme axe de sustentation des politiques urbaines. L'ethnographie