inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (6 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • La gentrification négociée : anciennes frontières et nouveaux fronts dans le centre historique de Mexico
  • de nombreux témoignages, cette recherche interroge le rôle que les élites politiques et économiques entendent attribuer au noyau historique de la capitale mexicaine ; elle expose la participation ambigüe des classes intermédiaires ainsi que les
  • différentes formes de résistance exprimées par les populations exclues du projet urbain. Enfin, afin d’évaluer la prétendue pluralité du projet de “revitalisation”, reprenant les débats autour de l’aménagement participatif, elle offre une description détaillée
  • Durant la première décennie du XXIe siècle, le centre historique de Mexico a cessé de perdre ses habitants, amorçant un mouvement de revalorisation économique et symbolique dont on commence à peine à mesurer l’importance. Cette thèse retrace la
  • formation de ce haut lieu patrimonial pour mieux appréhender la singularité du processus de gentrification qui s’y déploie. Deux postulats sont mis à l’épreuve. D’abord, il est stipulé que la gentrification s’inscrit dans un continuum historique qui
  • détermine la division sociale de l’espace urbain. On constate en effet que les “pionniers urbains” prennent place en des lieux spécifiques, en particulier le long des foyers “civilisateurs” établis depuis la période coloniale, où l’on retrouve actuellement
  • une offre immobilière adaptée aux aspirations et aux besoins sécuritaires des nouveaux habitants. Ensuite, la gentrification n’est pas le produit d’acteurs individuels mais elle implique des conflits d’intérêts entre des acteurs collectifs. Nourrie par
  • Mise en pratique de la politique de prévention de catastrophes au Mexique : Enjeux en milieu urbain : Le cas de la ville de Minatitlán
  • chaque échelon du gouvernement contribue à la gestion de la catastrophe selon ses moyens. Au bout de cette chaîne d'intervention se trouvent les sinistrés, chez qui on a estompé toute initiative de participation active à la prévention. Dans cet état de
  • La thèse part d'une interrogation sur la mesure dans laquelle l'État mexicain s'est doté des moyens de réponse vis à vis les défis en matière de prévention des risques majeurs. Si le pays est plutôt bien préparé pour affronter l'urgence et qu'on
  • n'arrive pas à aménager le territoire de sorte que les dangers existants ne deviennent pas des catastrophes, notamment en milieu urbain. Le cas d'étude, la ville de Minatitlán, dévoile les enjeux et carences de l'intervention de l'État en matière de
  • prévention de risques. À Minatitlán, la nature est sévère et produit des inondations à répétition, mais l'humain a eu sa part de responsabilité au moment de choisir une localisation difficile pour l'implantation d'un peuplement. Plus tard, les conditions de
  • l'urbanisation et production de l'habitat se sont peu souciées de réduire les dangers. L'implantation de l'industrie pétrolière dans la région n'a fait qu'accroître la pression urbaine et rendu plus difficile le contrôle de l'urbanisation spontanée et la
  • questionnement ultime de cette recherche se trouve dans les conditions de mise en opération de la politique de prévention de risques majeurs au Mexique, à savoir, les enjeux locaux, géographiques, socio-économiques, institutionnels et socio-culturels, qui vont
  • Maestros de Oaxaca : ethnographie post-exotique des pratiques et espaces politiques locaux au Mexique
  • Cette thèse propose une analyse des liens entre enseignants, populations locales et État au sein d’une configuration locale mexicaine, Oaxaca. Les « maestros », opérateurs privilégiés de la médiation politique, membres d’un syndicat qui constitue un
  • donc un éclairage empirique, historique et critique sur la médiation et la politique contestataire au Mexique. Elle sonde les reconfigurations des canaux qui lient l’État et la population, s’intéresse aux processus de redéfinition des contours de la
  • contre-pouvoir important face au gouvernement local, relais historiques de l’État via l’institution scolaire, occupent une position spécifique et ambivalente au sein de la configuration politique mexicaine. Du plantón aux écoles, des festivités
  • culturelles locales aux instances municipales coutumières, ils se situent au cœur de l’actualité des négociations et déclinaisons contemporaines de la « modernité » politique. Croisant les travaux de l’anthropologie et de la science politique, cette recherche
  • s’attache aux lieux et à la trame concrète des relations politiques qui impliquent ces maestros, elle en explore les articulations et les imbrications, entre espaces syndicaux et villageois, mouvements indiens et sphère éducative. Cette contribution apporte
  • nation et de la citoyenneté à l’heure du néolibéralisme et du multiculturalisme. Liant exigence théorique et souci épistémologique, l’écriture de cette thèse, nourrie d’un important socle ethnographique, donne accès à des aspects inédits des réalités
  • Université de Montréal
  • « Pour un morceau de terre » : Enjeux sociaux et politiques de la valorisation touristique de l’espace au Mexique
  • terres a engendré une confrontation avec une partie des populations locales. Le second est celui de la ville touristique de Playa del Carmen, où le développent touristique est traduit par une urbanisation rapide depuis les années 1990. Enfin, le troisième
  • le tourisme constitue une activité économique de premier plan et où les antagonismes sociaux s’expriment parfois avec violence. À partir d’une approche ethnographique, la thèse présente l’étude comparée de trois processus localisés marqués par
  • cas est la zone nord du Chiapas, dont la mise en tourisme s’effectue aujourd’hui dans un contexte toujours marqué par le conflit politique opposant l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) aux autorités mexicaines. À travers ces trois exemples
  • , la thèse interroge la valorisation touristique de l’espace à l’aune des contradictions sociales qu’elle contribue à produire ou à alimenter, notamment autour de la question foncière et des rapports de propriété. L’analyse se déplace ensuite vers
  • l’étude des contextes politiques dans lesquels ces conflits s’expriment, posant la question des usages politiques de l’espace. Ces deux entrées sont proposées comme éléments d’une réflexion matérialiste sur les enjeux sociaux et politiques du fait
  • Parce qu’ils font l’objet d’une valorisation particulière, les lieux touristiques sont parfois l’enjeu de conflits entre les acteurs et les groupes sociaux qui tendent à se les approprier. Le phénomène prend une intensité particulière au Mexique où
  • « Back to Tenochtitlan » : Migration de retour et nouvelles maquiladoras de la communication : Le cas des jeunes migrants employés dans les centres d’appel bilingues de la ville de Mexico
  • Migration de retour
  • Si les centres d'appel constituent une porte d'entrée sur le marché du travail pour de plus en plus de jeunes issus du système universitaire mexicain, ils jouent le même rôle pour un autre type de population : les jeunes migrants de retour en
  • provenance des États-Unis et du Canada. Parmi eux, on retrouve un nombre important de jeunes Mexicains qui appartiennent à cette catégorie intermédiaire que les spécialistes de la migration ont défini comme génération 1.5. Véritables symboles du tournant
  • sécuritaire de la politique migratoire américaine après 1986, ils font partie de ces 2.1 millions de mineurs Mexicains qui n'ont jamais eu accès à un statut légal depuis qu'ils sont arrivés dans leur «pays d'accueil». À partir d'entretiens biographiques et
  • -Unis. De retour au Mexique, ils intègrent en nombre les centres d'appel bilingues offshore où leur expérience migratoire leur permet de palier le manque de diplômes qui les caractérisent presque tous. Si le fait que ce secteur soit à la recherche
  • d'une étude ethnographique prolongée auprès de ce groupe, nous avons cherché à comprendre les raisons qui expliquaient leur retour vers le Mexique. Si certains d'entre eux n'ont pas eu le choix dans cette décision, d'autres intègrent cette catégorie de
  • retours dits «volontaires». Plus qu'un véritable choix, cette bifurcation dans leur trajectoire biographique est une réponse à la situation d'enfermement social, économique et physique à laquelle se retrouvent confrontés les immigrants illégaux aux États
  • Espace social et habitation dans l Etat mexicain de Queretaro
  • Queretaro - Mexique - Amerique centrale - Amerique - Habitat - Population - Statistiques