inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (2 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Métropolisation, gouvernance de l’environnement et enjeux de pouvoir : le cas de trois clusters de villages de métier de Ha Noi et Bac Ninh (Vietnam)
  • Le delta du fleuve Rouge est un espace densément peuplé, vulnérable et dans lequel des villages de métier organisés en clusters se sont développés à partir du XIe siècle en raison du sous-emploi rural lié à la riziculture en zone de mousson. Ha Noi
  • , la capitale vietnamienne est située à l’apex de ce delta. Suite à l’effondrement de l’URSS, à la perte de vitesse des coopératives, et aux réformes économiques de la fin des années 1980 (Đổi mới), on assiste, dans les villages de métier, à une
  • résurgence de l’activité artisanale qui se modernise et s’industrialise. L’essor que connaît alors cette industrie rurale spontanée s’accompagne d’externalités négatives de plus en plus dommageables pour la santé humaine et pour l’environnement. A partir des
  • années 2000, la région du delta du fleuve Rouge s’engage dans un processus de métropolisation. Le modèle de ville qui est promu fait fi de l’existant et s’impose aux périphéries de Ha Noi. La concurrence dans l’accès à l’espace et la pression foncière
  • résultant de ce « projet métropolitain » aggravent la situation environnementale dans les villages de métier qui s’urbanisent in situ. Parallèlement à cette « double transition » économique et urbaine, le Vietnam reste administré par un système léniniste
  • montrer que la dégradation de l’environnement varie dans ses mécanismes, enjeux, configurations et représentations d’acteurs en fonction du type de périphérie métropolitaine concerné.
  • villes nouvelles vietnamiennes composé: les villes-relais, les villes satellites et les villes écologiques. Nous avons tenté à travers les études de cas de montrer les spécificités et les ressemblances entre ces différents espaces en posant l’hypothèse
  • que ces villes nouvelles se trouvaient dans un entre-deux urbanistique à plusieurs égards. Entre-deux à la fois par la circulation d’un modèle de lotissement occidental influencé par des promoteurs asiatiques et construits avec les moyens du Viêt Nam
  • , mais aussi entre-deux entre un urbanisme progressiste, moderne et un urbanisme néo-culturaliste qui donne à la cité jardin et à la ceinture verte toute sa place en vue d’une métropolisation plus durable. La thèse montre qu’il s’agit à la fois d’une
  • remise en état paysagère et environnementale en lien avec l’histoire et la culture vietnamienne mais aussi d’une volonté de préserver la ceinture verte contrariée toutefois par la pression foncière et immobilière d’une ville-capitale. Enfin, notre thèse