inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (6 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Industrie et développement territorial : l’insertion des sociétés agro-industrielles dans le Delta et la Basse Vallée du fleuve Sénégal (rive gauche)
  • L’objectif de la thèse est d’étudier l’insertion des agro-industries dans les territoires et surtout leur contribution au développement local et régional. Nos recherches ont été effectuées dans le Delta et la basse vallée du fleuve Sénégal (région
  • de Saint Louis du Sénégal). L’étude des entreprises (CSS, SOCAS et GDS) situées dans notre zone d’étude a mis en évidence certains lieux stratégiques : le Delta et la basse Vallée (espace de production), la région de Dakar et l’international comme
  • espace d’approvisionnement et de commercialisation. Ces entreprises contribuent très peu au développement du Delta et de la basse Vallée. Le rôle prépondérant de Dakar au détriment de Saint Louis, les incohérences des politiques foncières et de
  • développement régional ainsi que le contexte international et sous-régional (concurrence et fraude) sont autant de facteurs qui expliquent l’impact limité des agroindustries dans notre zone étude. Notre étude révèle aussi que les prises de terres cristallisent
  • particulièrement des tensions entre les agro-industries et les populations hôtes. D’où la nécessite pour les entreprises d’adopter la politique de RSE, mais aussi pour l’État, de réformer le foncier. La prise en compte des agro-industries dans les plans de
  • développement local et régional est également une piste à explorer par les élus locaux.
  • Diagnostic des risques d’inondations continentales et marines : application à l’échelle des communes de Rufisque (Sénégal)
  • Au Sénégal les risques naturels constituent une préoccupation majeure. Au regard des deux dernières décennies, ces phénomènes ont connu une réitération grandissante. Ils affectent presque toutes les régions du pays, particulièrement Dakar et sa
  • banlieue. En période estivale, deux types d'événements majeurs souvent concomitants (inondations pluviales et submersions marines) affectent la ville de Rufisque. Le diagnostic de ces phénomènes naturels passe par une démarche inductive qui s'appuie sur
  • deux approches approche naturaliste et approche historique. La compréhension du mécanisme et l’évolution en fréquence/intensité de ces risques s'adosse sur des travaux qui visent à : 1) faire l’inventaire des événements passés et récents d’où peuvent
  • être extraits les seuils de précipitations et ceux météo-marins à partir desquels il y a eu des dégâts; 2) caractériser les facteurs responsables des aléas en faisant la part des facteurs de prédisposition, des facteurs de déclenchement, mais également
  • des facteurs d'aggravation; (3) déterminer, les espaces qui ont été affectés à partir d’indicateurs morphologiques; (4) réaliser la carte des zones inondables et les cartes des risques d’inondations à l’échelle des communes de Rufisque; (5) présenter
  • les mesures de mitigations et les éléments pouvant aider à la prise de décision et à l’élaboration de PPRI (Plan de Prévention du Risque d'Inondation) et de PPRSM (Plan de Prévention du Risque Submersion Marine)
  • De New York à Dakar : pour une approche critique et méthodologique de la justice environnementale
  • Le thème des inégalités et ses corollaires, telles la pauvreté, la précarité, l’exclusion ou encore la ségrégation, se posent de plus en plus d’un point de vue de la justice et concerne à la fois les enjeux spatiaux et environnementaux. Comme pour
  • marquer le paroxysme des inégalités, la question de la justice environnementale vient relancer le débat autour de l’accès aux ressources au sein des catégories sociales et spatiales, ainsi que le débat autour de l’inégale répartition et répercussion des
  • externalités, causées entre autres par l’usage de ces dernières d’un point de vue environnemental. De New York à Dakar, malgré les différences de contextes socio-culturels et économiques, les mêmes phénomènes d’inégalités face aux conditions environnementales
  • s’observent avec cependant des nuances dans les formes de manifestations et d’interprétations. Ce travail vise à réfléchir sur les déclinaisons que peuvent avoir les injustices environnementales dans la ville de Dakar à partir d’une approche élaborée dans les
  • villes américaines, berceau des mouvements de revendications. Deux localités situées dans la baie de Hann sont choisies en raison des pollutions industrielles dont elles souffrent. Il s’agit de Hann-Bel-Air et de Thiaroye-Sur-mer. Partant de l’analyse des
  • Commerce et gestion de l'espace urbain à Dakar : enjeux, logiques et stratégies des acteurs
  • Cette thèse est une contribution à la compréhension des nouvelles dynamiques urbaines liées aux activités commerciales dans les villes des Suds et tout particulièrement à Dakar. L’entrée privilégiée est celle des acteurs qui sont impliqués
  • directement ou indirectement dans les activités commerciales. Compte tenu de la place importante qu’elles occupent dans l’économie et dans l’espace urbains et la multitude d’acteurs qu’elles mobilisent, ces activités offrent un cadre pertinent d’analyse des
  • processus d’appropriation de l’espace et des mutations urbaines en cours. Cette thèse révèle que les activités commerciales s’insèrent dans l’espace dakarois sous de multiples formes : commerce de rue, marchés, centre commercial. Mais l’absence d’une
  • collectivités de proximité, la mairie de Dakar et l’Etat central sur fond de rivalités politiques, nourries par les conflits d’intérêts privés mis en concurrence. Les opérations de déguerpissement érigées en mode de régulation de l’espace urbain par les
  • Initialement, les écoles coraniques (« Daaras ») sont majoritairement rurales et survivent de l’agriculture. Les dégradations environnementales entre 1975 et 1985 , et la faillite des politiques agricoles ont appauvri le monde paysan et accéléré la
  • sur l'enfant durant toute la durée de son apprentissage. Le « Talibé » doit souffrir pour apprendre l’humilité, pratiquer la foi, et gagner le paradis. Cette interprétation coranique ajoutée à la valeur de l’aumône (« zakat ») fait qu’il est normal
  • dans la société Sénégalaise de donner à un "Talibé". La mendicité de dizaines de milliers d’enfants dans les villes résulte de la migration des ruraux et de la découverte par les marabouts de la monétarisation des rapports humains en milieu urbain
  • par des citadins qui ont des religiosités qui compensent le manque de temps du rite en une pratique régulière du don. Le versant de la demande par les « Talibés » ne cesse de croître et atteint aujourd’hui plus de 100 000 enfants mendiants
  • . Substantiver cette question de la mendicité urbaine des "Talibés" s’est effectuée en quatre phases : -Apprendre le coran : retracer l’histoire du coran au Sénégal et décrire les formes de son apprentissage aux contours d’une hybridation entre orientalisme
  • ; traditionalisme ; et logiques de survie économiques. -Mendier pour apprendre ? Ou apprendre à mendier ? La mendicité dans les villes obéit à une logique de marché qui accentue la dégradation des zones rurales. Cette crise de la ruralité dévoile les problématiques
  • Au croisement d'une sociologie des migrations et d'une sociologie de la jeunesse, cette thèse s'attache à saisir le sens de l'émigration envisagée par les jeunes de trois quartiers de Dakar. Alors que cet horizon collectif ne se concrétisera que
  • pour bien peu d'entre eux, il s'agit en l'interrogeant d'explorer les contraintes sociales qui enserrent cette jeunesse urbaine et ses aspirations. Mais ce travail met également en relief ce qui différencie ces mondes juvéniles et ce qui leur est commun
  • sociaux – d'âge, de sexe, de caste (« Waaso ») et de classe – structurant la société sénégalaise, l'ethnographie de ces trois quartiers socialement différents dévoile la diversité des hiérarchies et des obstacles que les jeunes doivent contourner pour s
  • '« accomplir » et réussir socialement (« Tekki »). En analysant les tensions créées par ces velléités d'émancipation à l'égard des structures sociales et les différentes formes de rappels à l'ordre exercées par ces dernières (stigmatisations, sanctions mystico
  • -religieuses…), on peut comprendre la prégnance de l'hypothèse du départ : elle permettrait de s'extraire momentanément de rapports sociaux entravant une ascension sociale vécue comme possible, et de se distancier géographiquement pour s'élever socialement au
  • , les nobles (« géér »), les hommes, les riches. Cependant, seuls les plus armés économiquement et scolairement réussiront à partir. Pour la grande majorité des autres, l'émigration reste une migration « en puissance » (en suspens, différée ou reformulée