inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (10 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • La récolte soviétique de 1987 (toutes céréales confondues) atteint 211,3 millions de tonnes, mais le manque chronique d'infrastructure et le taux d'humidité élevé entraînent une perte de 20 %. Les récoltes de betterave à sucre et de tournesol sont
  • satisfaisantes, mais celles de coton, pommes de terre, fruits et légumes ont nettement baissé. La production agricole d'Europe de l'Est est équivalente à celle de 1986| RDA, Pologne et Tchécoslovaquie ont fait un peu mieux, tandis que les chiffres-records de la
  • stagnation de l'agriculture, dans la seconde, il présente la restructuration de l'agriculture entreprise depuis 3 ans (renaissance des coopératives, apparition des coopkhozes , mise en place de différentes sortes d'associations). Mais on se heurte toujours au
  • Importance du marché kolkhozien, qui compense le déficit en produits frais dans les magasins d'Etat, mais rencontre des difficultés pour collecter, transporter et stocker sa production. Il se trouve, par ailleurs, confronté à la chasse aux
  • la population russe (37 %) aurait de graves conséquences économiques. Le potentiel du Kazakhstan justifie tous les espoirs vu l'abondance et la variété des ressources naturelles, le niveau de développement industriel et la production agricole. Mais
  • réorientation de leurs échanges et au désenclavement. Ressources naturelles nombreuses mais tissu industriel pauvre. Les réformes sont encore balbutiantes et la dépréciation des nouvelles monnaies a entraîné une forte inflation. Nécessité d'une volonté politique
  • 1997, mais ce mouvement reste hypothéqué par la persistance des tensions politiques et de l'insécurité qui rebutent les investisseurs étrangers. Le pays, fortement endetté doit toujours compter sur les bailleurs de fonds internationaux pour se redresser
  • industries de transformation, la sphère sociale et l'ouverture sur le Pacifique. Mais les coûts élevés et les difficultés de la perestroïka ne laissent pas espérer de résultat concret avant l'an 2000.
  • La réussite hongroise, spécialement pour sa production céréalière, est une conséquence des mesures appliquées en 1968 avec le nouveau mécanisme économique. Depuis l'adoption en 1981 de l'arrêté sur le lopin individuel, puis en mai 1982 du Programme
  • résistances qui entravent leur développement. Dans l'état actuel des choses, on ne peut espérer une réforme à la hongroise, mais seulement une mini-réforme à l'intérieur du système.
  • rééquilibrage de la balance céréalière| mais, depuis le début, ce programme se heurte aux écueils traditionnels de l'agriculture soviétique: manque de coordination des livraisons, des travaux d'infrastructure, insuffisances dans l'irrigation et le drainage, base