inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (7 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • de contrôle, une considération insuffisante a parfois été donnée à l'intégrité spatiale des limites maritimes délimitant la souveraineté, les limites de contrôle et les régions juridiques. En conséquence, certaines limites actuelles sont mobiles et de
  • nombreuses coordonnées ont des points de repère mixtes et une exactitude qui pourraient aboutir à une interprétation incorrecte. Pour aider à l'établissement de limites digitales légitimes spatialement et pouvant être utilisées pour améliorer les stratégies
  • de gestion de la mer, le Coastal Services Center (CSC) de la National Oceanic and Atmospheric Administration, qui travaille avec quatre états dans le sud-est des États-Unis, est en train d'examiner les limites existantes et leur exactitude spatiale
  • de voir l'étendue des règlements fédéraux et des limites maritimes, et leur chevauchement avec les données de ressources naturelles. Les lois sont souvent vagues en ce qui concerne les limites géographiques précises. Le processus de géoréférencement
  • , prenant en compte un certain nombre de paramètres tels que vocabulaire, données existantes, intérêt applicatif, cohérence et forme des produits. Cet article examine des extraits relatifs aux thèmes bathymétrie, limites physiographiques, hydrodynamique
  • côtière, limites et zones administratives. L'utilisation pratique des données géographiques est illustrée par deux applications : pêche côtière au chalut et gestion d'une zone conchylicole. En conclusion, il est proposé de créer un groupe « mer » au sein
  • réglementation de la pêche par l'élaboration de lois et la construction de récifs artificiels. Tout ceci implique de réunir des informations sur la législation, les limites géographiques et administratives et les caractéristiques de l'environnement marin. Mais
  • l'information présente de graves incongruités à cause de la multiplicité de sources, des divers objectifs des recherches effectuées, de la mauvaise définition des limites administratives et de la difficulté d'interpréter les différentes significations d'un même
  • [b1] IDG (UK) Limited, EC Projects Office, Neihaff, 9161 Ingeldorf, Luxembourg
  • a révélé de nombreuses difficultés : disparité des sources, lacunes, difficultés de génération, difficultés d'interprétation des textes juridiques. La multiplicité des éléments géométriques, l'incertitude attachée aux limites et la nécessité de gérer des
  • qualité des eaux. En conclusion, on discute des atouts et des limites de la mise en synergie des deux outils. On aborde également les perspectives d'élaboration de bases de données géographiques, utilisables dans une optique d'aide à la décision à partir
  • diffusion d'applications SIG par Internet, rendue récemment possible grâce à des technologies émergeantes, permet de contourner ces limitations, mais au prix d'autres contraintes qui restent à évaluer avant une mise en œuvre à grande échelle. Le projet