inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (18 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • Suivi de la dégradation du matorral du Rif (Maroc): choix du dosage de l'information spatiale et des relevés de terrain
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique du Nord ; Bassin versant ; Carte occupation sol ; Cartographie ; Classification terrain ; Dégradation ; Extrapolation ; Haute résolution ; LANDSAT ; Maroc ; Occupation sol ; Précision ; Réalité terrain ; SPOT ; Sol ; Système
  • Africa ; Landsat ; Morocco ; North Africa ; Space remote sensing ; Spot ; Thematic Mapper ; accuracy ; cartography ; degradation ; drainage basins ; extrapolation ; geographic information systems ; ground truth ; high resolution ; land cover maps
  • Le présent travail est une réflexion sur les besoins en données de réalité de terrain nécessaires aux classifications dirigées des images satellitaires. II a été fait lors d'une étude de cartographie et de suivi de dégradation des terrains de
  • matorral dans le Rif occidental du Maroc. L'étude vise la précision et le suivi de l'évolution du matorral comme unité d'occupation du sol dans le bassin versant de Telata (18 000 ha). La méthode utilisée s'appuie sur les images satellitaires (HRV de SPOT
  • de 1990 et de 1996; TM de LANDSAT de 1996) pour l'extrapolation des relevés de terrain. La grande variabilité spatiale de ces formations végétales assez basses et la répartition aléatoire des zones de défrichement ont rendu la discrimination de
  • l'occupation du sol par les méthodes classiques, basées sur les classifications dirigées, assez difficile. Avec cette étude, on a testé la qualité des classifications dirigées à l'aide de trois niveaux croissants de prospection en transects (toposéquences
  • ) couvrant 2,8 %, 4,3 % et 6,3 % de la superficie du bassin versant. Les résultats ont montré que le premier niveau, grâce à l'expérience de l'interprète et à l'emploi de données auxiliaires dans un SIG, offre une efficience cartographique acceptable, les
  • autres n'ayant pas apporté suffisamment d'amélioration par rapport au coût supplémentaire qu'ils engendraient. Ce résultat permet, donc de raisonner d'une façon objective la prospection de terrain pour les différentes zones agro-écologiques.
  • [b1] Département des sciences du sol, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, B.P.6202 Instituts, Rabat, Maroc
  • [b2] Département d'écologie végétale et de pastoralisme, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, B.P. 6202 Instituts, Rabat, Maroc
  • Transformation des terres du Rif et son impact sur l'envasement du barrage Ibn Battouta (Tangérois, Maroc)
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique du Nord ; Barrage ; Bassin versant ; Carte ; Carte occupation sol ; Domaine Rifain ; Envasement ; Erosion sol ; Etude impact milieu ; Haute résolution ; Imagerie ; LANDSAT ; Maroc ; Modèle ; Occupation sol ; Pluie ; Ruissellement
  • Africa ; Landsat ; Morocco ; North Africa ; Rif ; Space remote sensing ; Spot ; Thematic Mapper ; dams ; drainage basins ; geographic information systems ; high resolution ; imagery ; impact statements ; land cover maps ; landcover ; maps ; models
  • Une étude multidate basée sur l'utilisation d'une carte existante d'occupation des terres établie en 1976 (1: 20 000), de l'imagerie satellitaire (HRV de SPOT de 1990 et TM de LANDSAT de 1996) et de travaux sur le terrain a permis de préciser
  • l'évolution spatiale et temporelle du défrichement du matorral dans le bassin versant de Telata (18 000 ha, Tangérois). La régression du matorral au profit de la culture en pente des céréales avait touché environ 15 % de la superficie du bassin versant en 20
  • ans. Cette transformation de l'occupation du sol rend le versant tangérois très vulnérable à l'action érosive de la pluie et du ruissellement. Cette information a été intégrée dans un modèle d'érosion basé dans un système d'information géographique
  • (SIG). Ce dernier est basé sur l'équation universelle de perte en sol dans sa version révisée (RUSLE) et qui fait l'objet d'un programme d'adaptation aux conditions méditerranéennes. Les rendements en sédiments calculés avec ce modèle pour le bassin de
  • Telata intégrant respectivement la carte d'occupation des terres de 1976 et celle de 1996, sont en accord avec les données d'envasement mesurées par bathymétrie dans le réservoir du barrage Ibn Battouta (1976 et 1991). Le SIG du bassin versant développé
  • avec la mise à jour par télédétection offre un outil efficace de diagnostic et de planification des aménagements pour une gestion de conservation des bassins versants rifains.
  • [b1] Institut agronomique et vétérinaire Hassan Il, Département des sciences du sol, B.P. 6202, Instituts, Rabat, Maroc
  • [b2] Administration des eaux et forêts et de la conservation des sols, Chellah, Rabat, Maroc
  • Action de recherche concertée « Télédétection des ressources en eau » : présentation, résultats intermédiaires et perspectives
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Actuel ; Afrique ; Afrique du Nord ; Altitude ; Base donnée ; Bassin versant ; Cartographie ; Gestion ressource eau ; Haute résolution ; Humidité sol ; LANDSAT ; Maroc ; Milieu semi aride ; Modèle numérique ; Modèle physique ; Perspective
  • Africa ; Landsat ; Morocco ; North Africa ; Space remote sensing ; Spot ; Thematic Mapper ; Tunisia ; altitude ; cartography ; data bases ; drainage basins ; geographic information systems ; high resolution ; modern ; numerical models ; physical
  • L'action de recherche concertée (ARC) « Télédétection des ressources en eau s'effectue dans le cadre d'un réseau de quatre laboratoires appartenant à autant de pays du Nord et du Sud. L'objectif est d'appliquer la télédétection et les SIG à la
  • gestion des bassins versants dans les régions semi-arides. Deux sites ont été sélectionnés, l'un au Maroc (le bassin versant de Telata) et l'autre en Tunisie (le bassin versant intermédiaire de Sebkhat El Kelbia). Trois aspects sont considérés
  • : l'hydrologie, l'érosion et la qualité de l'eau. Des données HRV de SPOT, TM de LANDSAT et RSO de RADARSAT sont mises à contribution. A l'état actuel du projet, les résultats suivants ont été obtenus : 1) pour les deux sites : la réalisation de la base de
  • données regroupant les paramètres physiques du milieu (modèle numérique d'altitude, hydrographie, pédologie, géologie, pluviométrie, etc.) et l'évaluation de l'apport des données RSO à l'identification des classes hydrologiques; 2) pour le site tunisien
  • : l'étude de l'érosion selon la méthode SAGATELE et une recherche d'un modèle hydrologique et de transport solide ainsi que la mise en oeuvre du modèle ANSWERS; 3) pour le site marocain : la délimitation des unités hydrologiques définies par la méthode SCS
  • et l'étude radiométrique des différents états de surface caractéristiques des classes hydrologiques. La communication se termine par une tentative de synthèse méthodologique et thématique commune aux deux projets, faisant ressortir les similitudes des
  • [b1] Laboratoire de télédétection et systèmes d'information à référence spatiale (LTSIRS), École nationale d'ingénieurs de Tunis (ÉNIT), B.P. 37, 1002 Tunis-Belvédère, Tunisie
  • [b2] Laboratoire de conservation des sols et de l'eau, Département des sciences du sol, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, avenue Allal Fassi, Cité Al Afrane, B.P. 6202, Rabat-Instituts, Maroc
  • [b3] Unité SIRS, Département de génie rural, École polytechnique fédérale de Lausanne (ÉPFL), GR-Ecublens, 1015 Lausanne, Suisse
  • [b4] Centre de recherche en géomatique (CRG), Pavillon Louis-Jacques Casault, Université Laval, Québec (Québec), G1K 7P4, Canada
  • Apport de la télédétection et des SIG à l'inventaire et au suivi des parcours au Maroc
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Inventaire ; Maroc ; Parcours(terrain) ; Système information géographique ; Télédétection
  • Africa ; Geographic information system ; Inventory ; Morocco ; Rangeland ; Remote sensing
  • Le projet Geostat-Maroc a été mis sur pied dans le but de développer une méthodologie basée sur la télédétection et les SIG, qui permettra de produire l'inventaire des parcours au niveau national de façon rapide et moins coûteuse. L'approche
  • méthodologique qui a été suivie se compose des étapes suivantes : 1) stratification des terrains de parcours en 7 zones homogènes en utilisant des cartes existantes à l'échelle du 1: 2 000 000 et le SIG; 2) mise en place d'un plan de sondage statistique constitué
  • par un réseau de scènes HRV de SPOT en tenant compte de la stratification; 3) cartographie détaillée de la végétation à l'échelle 1: 50 000 dans trois zones-témoin correspondant à 3 parmi les 7 strates en utilisant pour chaque zone deux images
  • multibandes HRV, durant la même campagne agricole 1991-1992 ; 4) élaboration d'un modèle statistique et estimation des superficies des faciès pastoraux. Le travail de terrain a été indispensable pour l'identification des espèces végétales dominantes
  • , l'estimation du taux de recouvrement et la caractérisation des états de surface. Le repérage sur le terrain s'effectuait à l'aide de l'image, de cartes topographiques et d'un système de positionnement par satellite (GPS). La cartographie de la végétation
  • a permis d'identifier selon les sites de 7 à 10 classes dont 3 à 5 espèces végétales (l'alfa, l'armoise, etc.). Les précisions de classification obtenues étant comprises entre 83 % et 86 %. Le recoupement des documents existants au moyen du SIG a permis de
  • [b1] Centre royal de télédétection spatiale (CRTS), 16 bis, avenue de France, Agdal, Rabat, Maroc
  • Méthode pratique d'amélioration des classifications dirigées dans l'étude de l'habitat de la ville de Cotonou (Bénin)
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique Ouest ; Algorithme ; Analyse image ; Bâtiment ; Bénin ; Classification ; Densité ; Habitat ; Haute résolution ; Imagerie ; Milieu urbain ; Photographie aérienne ; Pouvoir réflecteur ; SPOT ; Télédétection spatiale ; Zone urbaine
  • opérées surles images satellitaires par l'utilisation complémentaire des photographies aériennes et des relevés de terrain. Cotonou, comme d'autres villes d'Afrique subsaharienne, présente une physionomie hétéroclite où des surfaces peu étendues sont
  • La présente étude portant sur la densité de l'habitat à Cotonou a pour but l'évaluation de la dynamique spatiale de cette ville. Du point de vue méthodologique, on cherche à réaliser essentiellement l'amélioration des classifications dirigées
  • hérissées de bâtiments en matériaux définitifs, de cases de fortune, de minuscules espaces cultivés. La diversité des matériaux de couverture de ces bâtiments entraînant celle de leur réflectance, par ailleurs influencée par leur âge, complique la tâche du
  • télédétecteur et biaise les résultats des algorithmes de classification. La confrontation de la classification dirigée d'images HRV (XS) de SPOT et de l'interprétation visuelle de photographies aériennes a permis d'améliorer le résultat de la classification et
  • de saisir la dynamique de la ville entre 1963 et 1994 par une typologie basée sur les travaux de terrain et la détermination des statistiques y afférant. Révélant, sur la période considérée, que les superficies occupées par le bâti ont connu une
  • extension de 278 %, l'étude montre également l'augmentation des densités de l'habitat. Celles-ci demeurent très fortes dans les anciens quartiers et dans ceux à proximité du centre-ville alors qu'elles sont relativement faibles à la périphérie de la ville.
  • [b1] Laboratoire de biogéographie, Département de géographie et d'aménagement du territoire, Université nationale du Bénin, 03 B.P. 2984, Cotonou, Benin
  • [b2] Laboratoire de biogéographie, Département de géographie et d'aménagement du territoire, Université nationale du Bénin, B.P. 526, Cotonou, Benin
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique du Nord ; Analyse image ; Classification ; Méthode aéroportée ; Pixel ; Réseau ; Réseau neuronal ; Satellite RADARSAT-1 ; Texture ; Tunisie ; Télédétection spatiale
  • Le développement d'une méthode de classification par réseau de neurones (RN) d'images RSO aéroportées et RADARSAT-1 fait l'objet de cet article. Les données présentées au réseau sont des vecteurs de l'image dont les composantes sont les valeurs des
  • pixels prises dans une fenêtre de texture donnée. La classification a été réalisée pour l'analyse de textures, d'une part sur une image RSO aéroportée (C-HH) acquise dans le cadre du projet GlobeSAR de 4,3 m de résolution, recouvrant une région semi-aride
  • du Sud tunisien et, d'autre part, sur une image RSO de RADARSAT-1 de 12,5 m de résolution de la région de la ville de Kairouan. L'apprentissage a été réalisé à l'aide d'un RN à une seule couche cachée formée d'un nombre assez faible de neurones. Les
  • résultats de la classification ont été évalués en termes de taux d'identification des textures. Le meilleur résultat étant de 85 % pour l'image RSO aéroportée et plus de 75 % pour l'image RSO de RADARSAT-1. Des améliorations de l'homogénéité des différentes
  • classes obtenues ont été réalisées en introduisant les tables de régularisation par les champs de Markov.
  • [b1] Laboratoire de télédétection et de systèmes d'informations à référence spatiale (LTSIRS), École nationale d'ingénieurs de Tunis, B.P. 37, 1002 Tunis-Belvédère, Tunisie
  • Utilisation des mesures au sol et des données satellitaires pour l'étude de la dynamique du trait de côte de la ville de Cotonou
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique Ouest ; Analyse image ; Bénin ; Carte topographique ; Erosion littorale ; Haute résolution ; Ligne rivage ; Mesure au sol ; Milieu littoral ; Morphodynamique ; Port ; SPOT ; Traitement donnée ; Télédétection spatiale ; Zone urbaine
  • Prouver la pertinence de l'utilisation des images satellitaires pour le suivi de la dynamique du littoral de la ville de Cotonou afin de réduire de manière substantielle le coût trop élevé des travaux de terrain y afférant, tel est le but de cette
  • étude qui a été réalisée par la confrontation des mesures au sol, notamment des données topographiques, avec les résultats obtenus par traitement des images satellitaires. Le matériel de base utilisé est composé d'une carte topographique de base au 1: 50
  • 000 datant de 1963, année de construction du port de Cotonou et du début des modifications que subira la côte, et de deux images satellitaires HRV(XS) de SPOT des 22 décembre 1987 et 13 décembre 1994. Après traitement des données auxiliaires et de
  • terrain, quatre traits de côte ont été réalisés : deux produits par les images satellitaires, deux autres provenant des données de terrain. Leur superposition montre qu'il existe une conformité d'allure entre les deux types de traits de côte obtenus
  • . Quelques rares décalages interrompent cette uniformité; les écarts n'excédant d'ailleurs pas 20 m. Le front de l'érosion côtière entre 1963 et 1994 a avancé de 500 m. Quelle que soit l'image satellitaire considérée, moins de 800 m de décalages cumulés ont
  • été observés sur les 20 km de côte que compte la ville. Ce qui fait un taux de divergence de 4 %, par conséquent 96 % de similitude entre les deux types de résultat.
  • [b1] Laboratoire de biogéographie, Département de géographie et d'aménagement du territoire, Université nationale du Bénin, 03 B.P. 2984, Cotonou, Benin
  • [b2] Laboratoire de biogéographie, Département de géographie et d'aménagement du territoire, Université nationale du Bénin, B.P. 526, Cotonou, Benin
  • Cartographie des états de surface en relation avec le processus de ruissellement des sols : région du nord du Maroc
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique du Nord ; Altitude ; Bassin versant ; Cartographie ; Cartographie numérique ; Distribution spatiale ; Erosion ; Erosion sol ; Infiltration ; Maroc ; Modèle numérique ; Précipitation atmosphérique ; Ruissellement ; Sol
  • L'érosion hydrique est l'un des problèmes inquiétants dans la région du nord du Maroc. Le principal facteur de cette érosion est le ruissellement dont la répartition spatiale est contrôlée par celle des précipitations et des caractéristiques de la
  • surface du sol. Cette variabilité s'accompagne de changements géomorphologiques au niveau de la surface et de la formation d'une croûte superficielle continue, laquelle entraîne une diminution de l'habilité des sols à l'infiltration. Le présent travail
  • concerne une étude cartographique basée sur des données de terrain, des données de télédétection et un modèle numérique d'altitude pour la cartographie des états de surface caractéristiques du bassin versant de Telata (nord du Maroc). Le but est de vérifier
  • l'impact de la répartition spatiale des états de surface sur la production de ruissellement à l'échelle de l'unité hydrologique définie par la méthode SCS (Soil Conservation Service). Celle-ci définit l'unité hydrologique en fonction du potentiel de
  • drainage des sols. Le bassin versant de Telata est caractérisé par trois unités hydrologiques bien distinctes : unité B (drainage moyennement bon), unité C (drainage faible) et unité D (drainage médiocre). L'approche cartographique suivie est celle de
  • l'analyse des signatures spectrales des principaux sites identifiés surle terrain pour les intégrer dans une classification dirigée basée sur la méthode du maximum de vraisemblance. Le résultat a mis en évidence cinq états de surface spatialement bien
  • [b1] Département des sciences du sol, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, B.P. 6002, Rabat Institut, Rabat, Maroc
  • [b2] Département des sciences de la Terre, Faculté des sciences, Université Mohammed V, Rabat, Maroc
  • Apport de l'imagerie RSO en milieu aride: Cas de la région de Nouakchott en Mauritanie
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Actuel ; Afrique ; Afrique Ouest ; Altitude ; Cordon littoral ; Dune côtière ; Etude terrain ; Haute résolution ; Humidité ; Humidité sol ; Imagerie ; Mauritanie ; Milieu aride ; Morphodynamique ; Océan Atlantique ; Onde ; Rétrodiffusion ; SPOT
  • Le littoral de la région de Nouakchott en Mauritanie s'étire sur près de 400 km. Isolée de la mer par un cordon, la plaine littorale, large de 4 à 5 km, a une altitude générale nettement inférieure au niveau moyen de la mer. Créée en 1957
  • , Nouakchott s'est développée dans cet environnement fragile. L'utilisation de données HRV de SPOT ainsi que des études sur le terrain ont permis de cartographier les sols. Les données RSO de ERS-1 traitées récemment soulignent la géomorphologie des grands
  • systèmes dunaires, le tracé des sous-écoulements, ainsi que les zones de fragilité du cordon littoral. Une étude diachronique de ces secteurs sensibles, avant et après un épisode pluvieux, met en évidence d'importants changements d'états. Plusieurs
  • hypothèses peuvent être avancées, la plus vraisemblable est que, la pénétration des ondes décroissant très fortement avec l'humidité, ces changements d'états témoignent des variations de la rétention en eau des sols. L'utilisation conjointe des données radar
  • et optiques aident à la compréhension du fonctionnement des milieux de la région de Nouakchott, qui se trouve actuellement confrontée à de grands risques environnementaux, tant maritimes (inondations par rupture du cordon littoral) que continentaux
  • [b1] PRODIG, Unité mixte de recherche 183, CNRS, 191, rue Saint-Jacques, 75005 Paris, France
  • [b2] Université de Marne-la-Vallée, Laboratoire de physíque mécanique des géomatériaux, Institut francilien d'ingénierie, 2, allée de la Butte Verte, 93166 Noisy-le-Grand, France
  • Exemple de traitement numérique de données auxiliaires du type photographies aériennes : étude de la dynamique côtière en liaison avec le canyon du trou sans fond au droit du port d'Abidjan (Côte d'Ivoire)
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique Ouest ; Analyse image ; Canal ; Canyon sous marin ; Corrélation ; Côte d'Ivoire ; Fraction grossière ; Granulométrie ; Houle ; Morphodynamique ; Océan Atlantique ; Orientation ; Photographie aérienne ; Port ; Pouvoir réflecteur
  • Africa ; Africa occidental ; Análisis imagen ; Arena ; Canal artificial ; Correlación ; Costa de Marfil ; Fotografía aérea ; Fracción gruesa ; Granulometría ; Morfodinámica ; Océano Atlántico ; Oleaje ; Orientación ; Poder reflector ; Puerto
  • Cette étude nous permet d'exploiter au mieux le traitement numérique d'images consistant en photographies aériennes au 1: 4 500 dans le domaine côtier ivoirien. L'utilisation de filtres directionnels appliqués à des photographies aériennes
  • numérisées permet d'identifier les plans de houle d'orientation NO-SE, responsables du transit sédimentaire O-E. Ce transit important, estimé à 800 000 m3 par an à l'ouest du canal de Vridi et à 400 000 m3 par an à l'est de ce même canal, contribue en grande
  • partie à l'ensablement du canal d'accès au port d'Abidjan. Les profils radiométriques obtenus permettent d'établir des corrélations entre les valeurs radiométriques et les caractéristiques granulométriques des sables : les sables grossiers et multimodaux
  • ont une valeur de réflectance qui est différente de la valeur de réflectance des sables fins unimodaux. Bien que la quantité et la qualité des informations extraites de l'interprétation numérique de photographies aériennes numérisées soient tout à fait
  • satisfaisantes dans cet exemple précis, il n'en reste pas moins vrai que la principale difficulté de la numérisation des photographies aériennes réside dans l'étalonnage de ce type de données qui rend encore difficile leur emploi systématique dans le cadre
  • [b1] Centre universitaire de recherche et d'application en télédétection (CURAT), Université de Cocody, B.P. 582, Abidjan, Cote d' ivoire
  • Estimation des paramètres de surface en micro-onde active : intercomparaison avec les données de terrain
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique Ouest ; Humidité sol ; Magnitude ; Modèle ; Méthode hyperfréquence ; Niger ; Rugosité ; Rétrodiffusion ; Satellite ERS-1 ; Signal ; Simulation numérique ; Sol ; Terrain ; Télédétection spatiale ; Variation spatiale ; Variation
  • La présente contribution a pour objet le suivi et l'estimation des paramètres de surface (humidité et rugosité du sol) par l'utilisation d'un capteur à faible résolution (50 km), le diffusiomètre vent à bord d'ERS-1. Considérant l'importance
  • relative de l'aire d'étude (50× 50 km2), au Niger, et la variabilité spatio-temporelle de la rugosité et de l'humidité du sol, il est impossible d'acquérir ces paramètres à partir des mesures sur le terrain. La seule issue réside dans les techniques
  • d'inversion. La rugosité et l'humidité du sol sont estimées à partir d'un modèle empirique. Une très bonne relation est obtenue entre l'humidité estimée du sol et le signal d'un sol nu. On observe également une variation dans le temps de la rugosité du sol
  • . Une comparaison des paramètres estimés et mesurés indique une différence de magnitude et un profil temporel similaire. Par ailleurs, est quantifié le poids de la rugosité du sol qui est, en réalité, une rugosité relative. D'un point de vue pratique, sa
  • validation peut se faire par une simple comparaison avec le signal d'un sol nu et sec. Quant à l'humidité du sol, à grande échelle, seule une validation grossière est possible. Cette étude réalisée avec un capteur à 50 km de résolution présente un intérêt
  • régional incontestable. Elle illustre cependant le problème des mesures ponctuelles par rapport à la dimension des pixels.
  • Cartographie des paysages végétaux de la région d'Androka (sud-ouest de Madagascar) : réalité de terrain et traitement des données
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Carte végétation ; Classification ; Madagascar ; Traitement donnée ; Télédétection
  • Dans ce travail, qui s'intègre dans une recherche doctorale sur l'évolution des paysages de du sud-ouest de Madagascar, nous avons établi une première cartographie des formations végétales de la région d'Androka et mis en évidence certains éléments
  • de leur dynamique sur 6 ans. Nous disposions pour cela de deux images HRV de SPOT prises le 25-08-1986 et le 10-05-1992. Le support cartographique de cette région étant peu précis et certaines zones difficiles d'accès, il était nécessaire d'établir au
  • préalable des points de repère sur l'image récente et de se restreindre à des secteurs représentatifs des principales unités de paysage. Plusieurs relevés ont été effectués sur le terrain afin d'identifier précisément la nature des différents types de
  • formations (fourrés, clairières, parcelles de culture, pâturages). S'il s'est avéré souvent difficile de séparer certaines unités de paysages bien distinctes sur le terrain mais présentant des similitudes sur les images (formations dégradées/clairières
  • , cultures/pâturages), une cartographie de la végétation assez précise de la région d'Androka a pu être établie. La comparaison entre les deux scènes a ensuite permis de mettre en évidence certains phénomènes d'évolution comme des zones de recul et de
  • [b1] Institut de géographie, Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3), Domaine universitaire, 33405 Talence, France
  • Apport des données RSO de RADARSAT-1 à l'étude de l'humidité des sols d'une zone semi-aride : implication pour la modélisation hydrologique
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique du Nord ; Algorithme ; Aménagement bassin ; Bassin versant ; Carte occupation sol ; Cartographie ; Drainage ; Humidité sol ; Hyperfréquence ; Interprétation ; Maroc ; Milieu semi aride ; Modèle ; Occupation sol ; Ressource eau
  • Le suivi de l'humidité du sol dans l'espace et dans le temps constitue un élément-clé des modèles hydrologiques utilisés pour l'étude des ressources en eau et l'aménagement des bassins versants. Le signal radar est sensible à l'humidité du sol et
  • des algorithmes simples et réversibles ont été mis au point pour l'interprétation en routine d'une série temporelle des mesures hyperfréquences. On présente ici un exemple d'utilisation d'un modèle simple et réversible pour vérifier la possibilité
  • d'utilisation du signal rétrodiffusé de la bande C (3,75-7,5 cm) du nouveau capteur RSO de RADARSAT-1 pour la discrimination des sols en fonction de leur potentiel de drainage. La zone d'étude est le bassin versant de Telata connu par sa topographie très
  • accidentée, son potentiel de drainage faible et son couvert végétal très varié. La cartographie de l'occupation du sol à partir d'une image TM montre 5 classes qui sont le matorral dense, le matorral clair, les cultures, les sols nus et l'eau. Dans un premier
  • temps, la comparaison entre les valeurs de coefficient de rétrodiffusion et celles de l'humidité équivalente, pour des zones-témoin ayant la même pente et le même couvert végétal, montre un coefficient de corrélation faible (r = 0,35). L'intégration d'un
  • terme de correction de l'angle d'incidence local dans un modèle réversible utilisant une fonction linéaire du signal radar et de l'humidité équivalente des sols montre que la variabilité spatiale de la rugosité du sol influence fortement la
  • [b1] Département des sciences du sol, Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, B.P. 6202, Rabat-Instituts, Rabat, Maroc
  • [b2] Administration des eaux et forêts et de la conservation des sols, Chellah, Rabat, Maroc
  • Analyse comparée de la dynamique spatiale des villes de Bamako (Mali) et de Garoua (Cameroun) à partir d'images satellitaires et de données auxiliaires
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique Ouest ; Cameroun ; Carte ; Carte utilisation terrain ; Croissance ; Haute résolution ; Mali ; Milieu urbain ; Méthode satellite ; Photographie aérienne ; Population ; SPOT ; Télédétection spatiale ; Utilisation terrain ; Zone
  • Cette étude a pour but d'analyser la croissance spatiale et les changements d'affectations du sol à partir de cartes, de photographies aériennes et surtout d'images satellitaires. L'étude devrait en effet montrer que les praticiens de l'urbanisme
  • dans les pays en développement peuvent obtenirdes informations précieuses à partir d'images et à des coûts raisonnables. À ces fins ont été utilisés deux couples d'images HRV (XS et P) de SPOT, tous K-J: 40-325 enregistrés au-dessus de la ville de
  • Bamako en novembre 1986 et avril 1996. Ces images ont été recalées l'une sur l'autre puis les histogrammes ont été égalisés pour permettre les combinaisons diachroniques. Le panchromatique de 1996 a servi de référence dans ces traitements. Après ces
  • corrections, une soustraction a été faite entre les deux panchromatiques. Pour Garoua, un plan de l'IGN de 1962 au 1: 10 000, une couverture photographique de 1973 totalisant 30 clichés au 1: 8 000 et un couple d'images HRV, K-J: 86-331 datant de 1995 sont
  • disponibles. Les cartes et les photographies ont été numérisées puis mosaïquées. Une composition colorée P+XS a été créée à partir des images et corrigée au niveau 2A en la mettant dans le même référentiel cartographique que le plan. Les mosaïques des cartes
  • et des photographies ont ensuite été successivement incrustées dans la P+XS. L'interprétation des résultats obtenus montre une extension très rapide de l'espace urbanisé dans les deux villes. Les changements d'affectations à l'intérieur du tissu
  • [b1] Laboratoire Population-Environnement case 10, Université de Provence-ORSTOM, centre Saint-Charles, 3 place Victor Hugo, 13331 Marseille, France
  • [b2] ORSTOM, Laboratoire du comportement des sols cultivés, 911 avenue Agropolis, B.P. 5045, 34032 Montpellier, France
  • [b3] Laboratoire ORSTOM, Maison de la Télédétection, 500 rue J. F. Breton, 34093 Montpellier, France
  • [b4] Institut supérieur de formation et de recherche appliquée (ISFRA), B.P. 241, Bamako, Mali
  • [b5] Institut national de cartographie (INC) B.P. 157, Yaoundé, Cameroun
  • Système d'information hydrogéologique pour une évaluation du potentiel hydrique en milieu cristallophyllien fissuré : la région de Biankouma-Man (ouest de la Côte d'Ivoire)
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Afrique Ouest ; Base donnée ; Côte d'Ivoire ; Eau souterraine ; Filtrage ; Fissure ; Fracture ; Gestion ressource eau ; Haute résolution ; Linéament ; SPOT ; Système information ; Terrain ; Traitement donnée ; Télédétection ; Télédétection
  • Africa ; Africa occidental ; Agua subterránea ; Alta resolucion ; Base dato ; Costa de Marfil ; Detección a distancia ; Fisura ; Fractura ; Gestión recurso agua ; Lineamento ; Spot ; Teledetección espacial ; Tratamiento datos ; Volumen
  • Face au problème urgent lié au flux migratoire brutal de réfugiés dans la région de Biankouma-Man, près de la frontière ivoiro-libérienne, le Centre universitaire de recherche et d'application en télédétection (CURAT) aentrepris une étude
  • d'évaluation des potentialités hydrogéologiques de cette région. Établir un présystème d'information hydrogéologique sur une base de données régionales pratiquement inexistante passe par l'exploitation optimale d'une seule image HRV (P) de SPOT. Les traitements
  • de préparation, de rehaussement et de filtrage de cette image ont permis une extraction d'informations de nature structurale en milieu cristallophyllien de tout premier ordre, qui se traduit par la mise en évidence de structures particulières, la
  • quantification et la localisation des systèmes de fractures ayant la capacité de drainer le plus grand volume d'eaux souterraines. La validation de ces informations sur le terrain est en cours et les données serviront d'indicateurs effectifs de présence d'eau en
  • milieu cristallophyllien fissuré. Il ressort de la discussion trois points importants : 1) seul le contrôle sur le terrain peut valider les résultats obtenus et fournir un complément d'informations; 2) la sélection des parcelles d'échantillonnage pour
  • établir les spectres de Fourier doit être améliorée; 3) les paramètres de longueur des linéaments et géomorphologiques (pentes, surfaces enveloppes) non éprouvés ici doivent être mieux exploités. La méthodologie présentée reste avant tout une technique
  • [b1] Centre universitaire de recherche et d'application en télédétection (CURAT), Laboratoire associé francophone A UPELF-UREF (LAF-401), Université de Cocody, Abidjan 22 B.P. 582, Abidjan, Cote d' ivoire
  • Application de la réalité de terrain et de l'imagerie radar à la cartographie des mangroves de la région de Douala (Cameroun)
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Cameroun ; Carte végétation ; Classification ; Formation végétale ; Mangrove ; Photographie aérienne ; Télédétection ; Zone tropicale
  • L'objectif poursuivi dans cette étude comporte trois grands volets. Premièrement, nous visons l'appréhension des relations entre l'évolution des processus sédimentologiques et le dynamisme naturel des mangroves. Nous essayons ensuite de corréler les
  • réponses radar aux paramètres de structure des mangroves. Enfin, nous nous proposons de contribuer à la mise en oeuvre d'un système de suivi des écosystèmes littoraux. Plusieurs approches ont été abordées dans le but d'atteindre les objectifs fixés. La
  • première a consisté à séparer les taches d'aspects homogènes et différents à partir de l'interprétation stéréoscopique de photographies aériennes infrarouges. Les principaux critères utilisés ont été les différents niveaux de gris, le grain de la formation
  • et la localisation des taches par rapport aux chenaux ou aux taches de caractéristiques différentes. D'autres données ont été utilisées telles la hauteur des arbres, la régularité et la densité du couvert végétal, et la forme du profil des forêts en
  • bordure de chenaux ou de baies. Les sites correspondant aux différentes catégories sélectionnées ont été examinés sur le terrain aux endroits où il était possible de les atteindre, ce qui a fourni la base d'une description des zones végétales de ces
  • mangroves. Enfin, des traitements numériques ont été effectués avec l'imagerie RSO satellitaire et aéroportée, dans le but de produire une cartographie automatique de la zone étudiée. L'image RSO classifiée illustre les propriétés très intéressantes de
  • [b1] École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé, B.P. 8390, Yaoundé, Cameroun
  • Validation de résultats de traitements d'images spatiales appliqués à l'étude de la dégradation des écosystèmes ligneux secs du Burkina Faso
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Burkina Faso ; Dégradation ; Ecosystème ; Plante ligneuse ; Traitement image ; Télédétection ; Validation
  • Les traitements d'images satellitaires se heurtent régulièrement au problème de la fiabilité des résultats qu'ils proposent et à leur validation. Nos récents travaux, réalisés au Burkina Faso sur l'évolution du taux de couverture des strates
  • ligneuses à partir d'une longue série temporelle d'images MSS de LANDSAT, l'illustrent. Or, en pays tropicaux secs où le bois est la principale ressource énergétique, il est capital de fournir des estimations précises validées par des méthodes robustes et
  • simples. Dans cette communication, nous proposons une méthode de calcul de couverture ligneuse sur la base de photographies aériennes basse altitude géoréférencées, acquises sur avion léger. L'objectif final est de valider les résultats de traitements de
  • la série MSS. Sont abordés ici les problèmes de prise de vue, de numérisation et surtout de traitement des photographies. Le programme de traitement qui est décrit sélectionne, pour chaque photographie, les pixels ligneux par seuillage sur des
  • combinaisons de canaux. Les atouts de la méthode sont sa simplicité, sa rapidité et sa capacité à traiter de manière homogène des séries de données importantes. Les résultats sont comparés à ceux données par photo-interprétation et ceux obtenus avec des
  • logiciels classiques de traitement d'images. Ils soulignent certaines difficultés qui relèvent de la classification d'images, de la prise de vue aérienne, de la qualité et de la résolution photographique ou de la numérisation.
  • [b2] Centre d'études spatiales de la biosphère, 18, avenue Édouard Belin, B.P. 2801, 31401 Toulouse, France
  • La réalité de terrain et le traitement d'image en milieu tropical anthropisé : cas des mangroves et des écosystèmes littoraux du sud du Togo vus par HRV de SPOT
  • La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)
  • Afrique ; Carte végétation ; Classification ; Facteur anthropique ; Mangrove ; Méthode transect ; Observation par satellite ; Satellite SPOT ; Satellite artificiel ; Togo ; Traitement image ; Télédétection ; Zone côtière ; Zone tropicale
  • L'approche de la télédétection pour l'étude et la cartographie des mangroves ainsi que des écosystèmes littoraux du sud du Togo vise à compléter la connaissance du terrain par la vision synoptique et plus étendue que fournit l'imagerie satellitaire
  • . Après les traitements classiques d'une image HRV (XS) de SPOT (améliorations d'image, calculs d'indices, ACP et classifications dirigées), l'évaluation statistique des résultats indique une performance de 80 % à 100 % de pixels bien classés et 0 % de non
  • classés. Compte tenu de la persistance de certaines confusions, des transects radiométriques sur l'image sont confrontés à des transects phyto-écologiques sur le terrain. C'est le canal XS3 qui reflète plus fidèlement les variations du couvert végétal sur
  • le terrain. Les variations sur les courbes de réflectance ne traduisent pas toujours des changements notables au niveau du couvert végétal et inversement. La principale source d'erreur de classement identifiée est la prépondérance de pixels mixtes
  • (mixels) due à l'aspect mosaïque de la végétation qui est un mélange de végétation naturelle remaniée, de cultures à petits parcellaires, de jachères et de pâturages. Ceci s'est traduit sur l'image par une variabilité de signature spectrale au sein de la
  • même classe de végétation. La méthode statistique de classification utilisée paraît mal adaptée à ces milieux anthropisés. Des méthodes d'analyse, plus structurales et texturales seraient mieux indiquées. La méthode des transects apporte, elle, une
  • [b1] Département de botanique et biologie végétale, Faculté des sciences, Université du Bénin, B.P., 20148, Lomé, Togo