inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (2 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • Agroclimatologie ; Agropédologie ; Bilan hydrique ; Calendrier agricole ; Climat ; Congo ; Cycle de l'eau ; Eau du sol ; Evapotranspiration ; Géographie physique ; Modèle ; Paysage ; Plateaux Batéké ; Précipitation ; Réserve utile ; Saison culturale
  • ; Simulation ; Sol ; Topoclimat ; Variabilité ; Zone intertropicale
  • savane à peine arbustive. C'est que l'eau fait défaut en surface (sols sableux). L'analyse des bilans hydriques montre que le manque d'eau ne constitue pas un facteur limitant pour les spéculations agricoles, surtout avec le recours à des variétés hâtives
  • En dépit d'un climat subéquatorial, très nuageux, copieusement et régulièrement arrosé de septembre à mai, donc a priori favorable aux formations forestières, les plateaux batéké, qui bordent le fleuve Congo au nord de Brazzaville, ne portent qu'une
  • . Mais l'alimentation en eau des populations rurales très clairsemées pose problème. (JPB).
  • Université de Dijon. Centre de Recherches de Climatologie, France
  • 1986
  • Contribution à l'étude climatique de la culture du niébé (Sénégal).
  • physique ; Modèle ; Niébé ; Plante cultivée ; Produit agricole ; Précipitation ; Réserve utile du sol ; Sahel ; Sénégal ; Sénégal du Nord ; Taux de satisfaction ; Zonage agropédoclimatique ; Zone intertropicale
  • Afrique ; Agriculture ; Agroclimatologie ; Agropédologie ; Besoin en eau ; Bilan hydrique ; Calendrier agricole ; Culture sous pluie ; Culture vivrière ; Cycle de l'eau ; Demande évaporative ; Etude fréquentielle ; Evapotranspiration ; Géographie
  • Sur des sols sableux ou sablo-limoneux, la moitié nord du Sénégal, qui reçoit 200 à 400 mm de précipitations annuelles, réparties sur deux mois et demi (400 à 600 mm sur la bordure sahélosoudanienne) est traditionnellement consacrée aux cultures
  • vivrières, notamment à celle du niébé. Cette légumineuse commence en effet à produire à partir d'une centaine de millimètres d'eau, contre 180 à 200 pour le mil. Les aléas climatiques et la désertification orientent vers des variétés à cycle court (55 jours
  • ) et résistantes à la sécheresse (enracinement profond). En dépit de conditions difficiles, la culture du niébé sous pluie reste l'une des meilleures spéculations dans les secteurs les plus arides du Sénégal (extrême Nord, région de Louga). (JPB).
  • Université de Dijon. Centre de Recherches de Climatologie, France
  • 1986