inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (11 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • l'impact de la répartition spatiale des états de surface sur la production de ruissellement à l'échelle de l'unité hydrologique définie par la méthode SCS (Soil Conservation Service). Celle-ci définit l'unité hydrologique en fonction du potentiel de
  • répartis. L'analyse de la répartition spatiale des états de surface à l'intérieur de chaque unité hydrologique montre, qu'à l'échelle de l'unité hydrologique définie par la méthode SCS, l'état de surface ne renseigne pas à lui seul sur la production du
  • d'informations géographiques issues de données aérospatiales traitées en matière thématique. Les spécifications de chaque traitement sont établies en fonction de l'échelle d'utilisation du document à élaborer et définissent les sources de données à exploiter
  • (clichés aériens, images satellitaires, photographies spatiales). En fait, chaque niveau d'intervention implique une échelle d'investigation particulière (région, écotone, agglomération, quartier, etc.) et nécessite par conséquent des étalonnages de terrain
  • méthodologique qui a été suivie se compose des étapes suivantes : 1) stratification des terrains de parcours en 7 zones homogènes en utilisant des cartes existantes à l'échelle du 1: 2 000 000 et le SIG; 2) mise en place d'un plan de sondage statistique constitué
  • par un réseau de scènes HRV de SPOT en tenant compte de la stratification; 3) cartographie détaillée de la végétation à l'échelle 1: 50 000 dans trois zones-témoin correspondant à 3 parmi les 7 strates en utilisant pour chaque zone deux images
  • La description de l'écosystème corallien est compatible avec la résolution spatiale des images HRV (XS) de SPOT (20 m) si on considère l'échelle du paysage. La cartographie du lagon de l'île de Moorea, en Polynésie française, est réalisée en trois
  • cette contribution qui présente la réalisation d'une mosaïque d'orthophotos de l'agglomération de Genève à partir de huit photographies aériennes en noir et blanc à l'échelle du 1: 30 000. Les étapes de la procédure sont la numérisation des photographies
  • . En revanche, l'espacement de nos échantillons était incompatible avec celui, trop lâche, de l'IFN, déterminé, en l'occurrence, pour l'échelle départementale. Nous avons donc eu recours à une technique de géostatistique, l'analyse variographique, ici
  • des prévisions. Les images satellitaires sont rarement d'une utilité directe dans les travaux de terrain à cause de leur échelle. Elles fournissent cependant des spatiocartes qui donnent un autre point de vue que les cartes topographiques généralement
  • l'espace géographique étudié. A l'échelle métrique, une relation entre la géomorphologie du gisement OdPp-2 et la radiométrie, semble confirmer la possibilité d'une étude de détection indirecte des sites archéologiques par la télédétection.
  • la battance. L'humidité varie avec la microtopographie des sols, à l'échelle du décimètre, et la prise d'échantillon sur le terrain doit intégrer cette variabilité pour pouvoir être confrontée aux réflectances de pixels de 5 m ou plus. Le résultat
  • validation peut se faire par une simple comparaison avec le signal d'un sol nu et sec. Quant à l'humidité du sol, à grande échelle, seule une validation grossière est possible. Cette étude réalisée avec un capteur à 50 km de résolution présente un intérêt
  • ont été sélectionnés à partir d'une carte topographique dont l'échelle est deux fois supérieure à celle utilisée pour la saisie des données, autrement dit une carte au 1: 25 000 qui couvre le même secteur d'étude. Indépendamment de la densité des