inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (2 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • "Vivre à l'ombre proche" du barrage de Manantali : les formes de représentations sociales des impacts dans les campements et les villages environnants
  • Afrique de l'Ouest
  • Sénégal (33%) et la Mauritanie (15%). Mais l’apparition de cet ouvrage constitue une perturbation profonde dans l’organisation et le fonctionnement des espaces riverains. Les territoires autour du Bafing, affluent où se localise le barrage, se trouvent
  • professionnels venus des régions du Centre du Mali, particulièrement de Mopti et de Ségou. Le lac devient ainsi une immense réserve de poissons avec des tailles plus importantes par rapport à ceux capturés dans les affluents du Bafing, du Bakoye, ou même du
  • fleuve Sénégal. En amont du barrage, la pêche devient la première activité économique poussant des jeunes agriculteurs et éleveurs «autochtones» à une reconversion professionnelle pas toujours aboutie. Les campements de pêcheurs occupent un ancien site
  • des villages déplacés lors de la construction du barrage. Trente-trois villages sont actuellement réinstallés en aval du barrage dans le finage d’autres hameaux préexistants. Cette cohabitation bouleverse l’occupation de l’espace et entraine des
  • voire de l’étranger. Cet afflux d’habitants urbanisés a profondément changé la configuration du site et l’a surtout fortement ségrégué. Les bureaux de la société d’exploitation au pied du barrage, le vieux village de Manantali, les cités des ouvriers et
  • celle des cadres sont autant de témoins d’un espace urbain en devenir, fonctionnel et très inégalitaire. Le principal objet de cette étude est l’étude des impacts du barrage de Manantali sur l’organisation socio-spatiale et physique des territoires
  • Commerce et gestion de l'espace urbain à Dakar : enjeux, logiques et stratégies des acteurs
  • Cette thèse est une contribution à la compréhension des nouvelles dynamiques urbaines liées aux activités commerciales dans les villes des Suds et tout particulièrement à Dakar. L’entrée privilégiée est celle des acteurs qui sont impliqués
  • directement ou indirectement dans les activités commerciales. Compte tenu de la place importante qu’elles occupent dans l’économie et dans l’espace urbains et la multitude d’acteurs qu’elles mobilisent, ces activités offrent un cadre pertinent d’analyse des
  • processus d’appropriation de l’espace et des mutations urbaines en cours. Cette thèse révèle que les activités commerciales s’insèrent dans l’espace dakarois sous de multiples formes : commerce de rue, marchés, centre commercial. Mais l’absence d’une
  • politique cohérente d’aménagement de l’espace urbain établit le commerce comme un défi pour la gestion urbaine. Dans ce contexte, la décentralisation qui aurait pu contribuer au développement harmonieux de la ville, a, plutôt, exacerbé les clivages entre les
  • collectivités de proximité, la mairie de Dakar et l’Etat central sur fond de rivalités politiques, nourries par les conflits d’intérêts privés mis en concurrence. Les opérations de déguerpissement érigées en mode de régulation de l’espace urbain par les
  • collectivités locales ne sont pas parvenues à résoudre le problème de l’occupation des rues par les marchands. Ces derniers préfèrent rester dans la rue plutôt que de regagner les centres commerciaux construits par la mairie de Dakar pour les recaser. Cette