inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (11 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • Les lieux en tant que contexte pour l'étude des attitudes et comportements humains. Réflexions philosophiques sur la nature de l'activité humaine: création de contraintes et existence de choix impliquant des décisions. Débat sur le rôle de la
  • JOHNSTON, R. J.
  • Le rôle du géographe, c'est de faciliter une solution globale aux problèmes urbains.
  • JOHNSTON, R. J.
  • Chômage ; Classification ; Cycle économique différentiel ; Disparités régionales ; Emploi ; Emploi régional ; Généralités sur la géographie ; Nouvelle-Zélande ; Série chronologique ; Théorie de l'information
  • L'hypothèse d'une compensation dans les cycles économiques différentiels présumée par les analyses du chômage régional n'est pas confirmée par l'analyse des données en Nouvelle-Zélande. La classification de séries chronologiques, utilisée pour des
  • données climatiques, est apliquée aux données sur l'emploi et ne fait pas apparaître les trois classes attendues. Par région sur 96 mois: 1966-1974.
  • JOHNSTON, R. J.
  • Cursus ; Enseignement de la géographie ; Gestion ; Généralités sur la géographie ; Géographie appliquée ; Géographie humaine ; Géographie physique ; Ressource naturelle ; Royaume-Uni
  • Le thème des ressources naturelles: évaluation et gestion nécessite une coopération étroite entre la géographie humaine et la géographie physique. Evaluation du contenu du cursus universitaire en géographie physique et en géographie humaine et de la
  • conception utopique qui consiste à croire que le géographe puisse remplacer une équipe pluridisciplinaire.
  • JOHNSTON, R. J.
  • Analyse de régression ; Chômage ; Coefficient de régression ; Critique ; Emploi ; Emploi local ; Généralités sur la géographie ; Modèle ; Simulation ; Système urbain
  • Critique de l'utilisation du modèle de régression reliant les tendances locales du chômage aux tendances nationales, car il s'ajuste à une équation du type y=b (x+y) construisant une dépendance entre les deux membres de l'équation. Des simulations
  • indiquent que cela influence les distributions d'échantillons des paramètres de l'équation de régression et l'A. propose que l'interprétation de ces paramètres utilise des distributions d'échantillons empiriques pertinentes. La simulation utilise 5systèmes
  • JOHNSTON, R. J.
  • L'indépendance des unités d'observation n'étant souvent pas respectée, l'autocorrélation qui les caractérise fausse les résultats des études de statistique inférentielle dans les analyses spatiales. Mais pour certains types d'analyses écologiques
  • (relations entre comportement et caractéristiques personnelles ou données de l'environnement, analyses factorielles s'il n'est question que d'attributs structuraux concernant la seule population de chaque unité) les problèmes d'autocorrélation n'ont pas
  • d'importance, puisque les unités d'observation sont considérées comme des systèmes fermés indépendants, sont seule est prise en compte la structure interne.
  • JOHNSTON, R. J.
  • L'A. déplore que la géographie humaine, tant dans l'enseignement que dans la recherche, soit pénétrée d'un esprit trop étroit négligeant la variété du monde réel. Il plaide pour un renouveau de la géographie régionale, à partir d'une prise en compte
  • du système économique mondial en interaction avec les décisions d'agents dans leur propre contexte culturel.
  • JOHNSTON, R. J.
  • Analyse spatiale ; Critique ; Ecole britannique ; Ecole géographique ; Epistémologie ; Généralités sur la géographie ; Géographie humaine ; Histoire de la géographie ; Organisation de l'espace ; Royaume-Uni ; Société
  • Introduite en Grande-Bretagne au début des années 1960 depuis l'Amérique du Nord, l'analyse spatiale a exercé une grande influence et a modifié la géographie humaine. Mais ce nouveau style a vite été contesté| les présupposés de l'analyse spatiale
  • étant trop souvent irréels. Restant à la surface des phénomènes elle ne permet guère d'avancer dans la compréhension des processus. Cependant les outils qu'elle a permis de développer garderont leur valeur descriptive et évaluative.
  • JOHNSTON, R. J.
  • La géographie humaine contemporaine est traversée par des débats multiples sur ses objets, ses méthodes, ses concepts fondateurs, sur ses relations avec d'autres disciplines, sur son utilité. Le propos de l'A. est d'éclairer l'enjeu de ces débats en
  • rapportant les différentes conceptions de la géographie qui s'affrontent aux arguments philosophiques qui les fondent. Ainsi, le livre consiste en une présentation de trois grandes approches philosophiques, qui pour l'A. constituent le contexte des
  • discussions actuelles en géographie. Il s'agit de l'approche positiviste (ch. 2), de l'approche humaniste (ch. 3), de l'approche structuraliste (ch. 4). L'objectif est pédagogique, et, comme l'A. le reconnaît lui-même, la présentation séparée des trois
  • approches est quelque peu artificielle, dans la mesure où elles se sont développées dans des échanges et des conflits permanents. A la fin l'A. tente une réconciliation entre ces différentes approches. Bibliographie abondante, mais qui aurait mérité d'être
  • JOHNSTON, R. J.
  • Types d'analyse quantitative utilisés en géographie appliquée: impact des mesures politiques envisagées, analyse des variations spatiales, des externalités, analyse prévisionnelle. Planification normative et conflits idéologiques.
  • JOHNSTON, R. J.
  • Critique de la science spatiale positiviste, du behaviorisme et du structuralisme, considéré comme a-géographique. Exemple à partir du rôle de l'Etat, théorisé comme un élément de la société capitaliste, sans produire une explication de
  • l'organisation de l'espace.
  • JOHNSTON, R. J.