inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (4 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Les mules de la mode : mobilités de commerçantes angolaises entre le Brésil et la Chine
  • Asie de l'Est
  • Cette thèse s’appuie sur les expériences professionnelles de voyage de commerçantes transnationales angolaises qui voyagent à l’étranger pour rapporter des produits manufacturés (vêtements, chaussures, accessoires féminins) qu’elles transportent
  • partenaires comme le Portugal, le Brésil, Dubaï et la Chine. Ce travail analyse deux vagues de mobilités commerciales féminines : de l’Angola vers le Brésil et de l’Angola vers la Chine. S’intéressant aux rôles spécifiques des femmes africaines sur trois
  • espaces, l’observation menée sur les marchés de São Paulo, Luanda et Canton s’inscrit dans la perspective de la globalisation « par le bas ». Interrogeant les processus émancipatoires, ce travail cherche à vérifier si la circulation commerciale permet aux
  • femmes de prendre conscience des rapports de pouvoir qui les marginalisent et de développer leur capacité à les transformer. Cependant, la thèse défendue est que les caractéristiques de l’économie « parallèle » où les frontières entre le légal, l’illégal
  • , le licite et l’illicite se confondent, conditionnent les capacités d’autonomisation des femmes et pénalisent la revendication de leurs droits. À l’heure de l’accélération de la globalisation des échanges entre pays du Sud, cette thèse a pour ambition
  • de donner une vision intimiste et féministe de la mobilité en suivant le parcours et les récits de vie de plusieurs femmes angolaises entre le Brésil, l’Angola et la Chine.
  • 2016
  • L’accueil de la coupe du Monde 2014 et des JO 2016 et les impacts de la « révolution des transports » sur la justice socio-spatiale à Rio de Janeiro : tout changer pour que rien ne change ?
  • Rio de Janeiro
  • L’accueil de la coupe du Monde 2014 et des JO 2016 à Rio de Janeiro représente la consécration d’une stratégie de construction de ville attractive qui se base sur l’organisation de méga-événements, un contexte économique favorable et une entente
  • conjoncturelle entre les différents niveaux de gouvernement brésiliens. Cette politique néolibérale de fabrique et de gouvernance de l’espace urbain – impliquant une nouvelle reconfiguration des coalitions d’acteurs historiquement présents dans le circuit de
  • l’accumulation urbain – se fonde sur la rénovation de la ville de Rio dans le but de l’insérer dans la compétition internationale des villes, mais aussi pour échapper, sur le plan national, à sa trajectoire de décadence sur fond de crise économique et politique
  • (qui débuta dans les années 1970-1980). Dans les discours officiels, les transformations urbaines à l’œuvre répondent aux besoins de la « ville olympique » tout en provoquant des impacts positifs pour les habitants de la ville (et par conséquent pour
  • ceux de la région métropolitaine). Dans ce contexte, les investissements en infrastructures de mobilité sont les plus importants, en termes de montants investis et d’impacts sur l’espace urbain, amenant les pouvoirs publics à parler d’une « révolution
  • des transports » capable de résoudre la crise de la mobilité qui aggrave les processus de ségrégation et d’exclusion urbaine. L’objectif de cette thèse est d’évaluer, à travers une analyse multi-scalaire, c’est-à-dire les échelles métropolitaine
  • 2016
  • Universidade federal do Rio de Janeiro
  • Rio de Janeiro
  • Le marché de l'art contemporain à Rio de Janeiro et São Paulo : analyse sociologique
  • Rio de Janeiro
  • Marché de l'art
  • Si la fascination incitée par l'art se montre incontestable, son autonomie en tant que sphère de la vie sociale, qui existe par lui-même et en lui-même ne se confirme pas. Selon de nombreux sociologues, l'art, comme toutes les activités humaines, se
  • construit socialement et ne se présente pas exclusivement liée à des éléments essentiellement esthétiques. Dans cette perspective, des artistes, des experts en général, commissaires-priseurs et les acheteurs jouent leur rôle sur le marché de l’art visuel. Le
  • but de ma recherche doctorale est d'analyser le marché de l’art contemporain à Rio de Janeiro et São Paulo entre 2010 et 2013. Grâce à ce circuit de production et de circulation d’oeuvres d’art, nous allons analyser l'insertion, l'influence de ces parties
  • prenantes exercent sur le monde de l’art contemporain et la relation qu’ils cultivent entre eux. En outre, nous allons explorer les similitudes et les différences entre le marché de l'art dans les deux plus grandes villes du Brésil et d'autres villes à
  • l'étranger, en particulier le marché de l'art à Paris.
  • 2016
  • Rio de Janeiro ; São Paulo
  • L'Autre Face : dynamique des identifications culturelles et représentations du corps des Nippo-Brésiliens à Sao Paulo
  • Réseau de sociabilité
  • L’étude du phénomène d’acculturation des descendants d’immigrés japonais au Brésil a mis en évidence les processus d’identification, de différenciation et d’invention dans l’élaboration d’identités culturelles multiples nippo-brésiliennes. Plus d’un
  • caractère de l’autre, de le différencier, a fortiori si celui-ci a une « autre face ». Or, quand l’autre n’est plus différent que par l’image de son corps, sa face, et non plus radicalement étranger par ses coutumes, sa langue, son éducation, les marqueurs
  • sur une ethnographie des réseaux de relations, nous avons fait le constat que l’idée d’une « communauté japonaise » relève de l’imaginaire, tant ce groupe d’origine nipponne est hétérogène et dispersé. Nous avons procédé à une analyse des
  • représentations discursives relatives au groupe dit « Japonais », et des observations sur les pratiques et techniques du corps. De cette analyse, il a été possible de dégager les stratégies de négociation, voire de retournement des représentations stéréotypées, à
  • siècle après la première vague migratoire, les Nippo-descendants continuent d’être confrontés à la frontière qui délimite les contours entre les groupes japonais et brésilien : dans ce contexte, il est toujours nécessaire d’énoncer, d’identifier le
  • de l’identité et de l’altérité ne peuvent être péremptoires. Ils deviennent plus flexibles voire instables. Nous avons travaillé plus particulièrement avec des nippo-Brésiliens de troisième génération dans la mégapole de São Paulo. En nous appuyant
  • 2016