inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (2 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Les ayllus de Tinguipaya (Potosi, Bolivie) : essais d'histoire à plusieurs voix
  • La thèse a pour objet l’histoire et la mémoire de Tinguipaya. Elle tente de reconstruire le passé des ayllus de Tinguipaya à partir de l’empreinte que celui-ci a laissé dans la mémoire collective mais aussi à partir des documents conservés dans les
  • archives historiques. Il s’agit notamment de confronter les histoires orales transmises dans les ayllus, recueillies en quechua, avec les documents écrits, de comparer leurs points de vue et versions des faits, et d’interpréter chacune de ces deux sources à
  • la lumière de l’autre. La démarche est indiciaire au sens où elle progresse à partir d’indices, souvent ténus, pour les relier entre eux et ainsi faire surgir une nouvelle version de l’histoire. Celle-ci n’est alors ni celle qui se raconte dans cette
  • communauté ni celle qui pourrait être produite à la lecture des seules sources écrites mais bien le produit d’un dialogue entre savoirs. La recherche porte sur une histoire longue de cinq cents ans. Elle part du moment actuel et de la manière dont le passé
  • est remémoré aujourd’hui au travers des histoires et des rites pour remonter jusqu’aux origines de Tinguipaya : la création du village de réduction vers 1575 et le processus d’ethnogenèse qui s’en suivit. Les habitants de Tinguipaya content un certain
  • nombre de « mythes d’origine » qui permettent de mieux comprendre comment les réformes tolédanes furent vécues par les populations indigènes et comment ce vécu fut transmis aux générations suivantes. À partir du rituel du cabildo (qui accompagne
  • Les trames de soi : régime d'autonomie et production du sujet indigène originaire paysan en Bolivie (Municipalité de Tarabuco)
  • Les trames de soi cherche à expliquer comment, dans le contexte de l’adoption de l’Autonomie Indigène Originaire Paysanne (AIOC), les habitants de Tarabuco, localité des Andes méridionales boliviennes « se trament » entre différents politiques du
  • la constitution bolivienne de 2010. Afin d’y accéder, les habitants de cette municipalité sont astreints à s’auto-définir en démontrant leur connaissance d’eux-mêmes, de leur histoire et leur culture. Pris en étau par l’injonction d’identification
  • , ces acteurs (syndicat paysan, ayllus et habitants de la ville) sont entrés en conflit pour défendre différentes visions de ce que doit être l’ethos tarabuqueño. Cette ethnographie montre qu’entre les univers de sens de ces individus en conflit, il
  • existe cependant tant de discontinuités que de convergences. Ces dernières se situent dans le partage de significations liées à des pratiques sociales que l’adoption de l’AIOC pousse à redéfinir, à transformer, ou à écarter, en vue de la production d’un
  • monde afin de s’approprier une nouvelle catégorie juridique, celle du sujet de droit « Indigène Originaire Paysan ». Ce nouveau sujet est dépositaire du droit à l’autogouvernement, nouveau régime destiné aux populations indigènes ayant été proclamé par
  • « sujet indigène » doté d’une culture et d’une nature objectivables, et ce à l’ère de l’injonction de décolonisation promue par l’avènement de l’Etat Plurinational.