inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (5 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • Zagadnienia granic jednostek geomorfologicznych w gorach. (Problèmes des limites des unités géomorphologiques dans les montagnes)
  • Les limites des unités géomorphologiques dans les montagnes peuvent être établies à partir de différents principes, tenant compte le plus souvent des traits caractéristiques tectoniques ou lithologiques. Les limites des unités régionales d'ordre
  • défini peuvent être fixées selon les différents traits significatifs génétiques dans les différentes régions. Souvent les zones limitrophes d'ordre inférieur sont mieux visibles dans le relief que la limite de la province ou celle de la macrorégion. Les
  • zones limitrophes non seulement divisent mais aussi lient les unités voisines, ce qui se reflète aussi bien dans le déroulement des processus de la formation du relief du sol que dans l'évolution de ces limites dans le temps. Selon les tendances
  • tectoniques, les modifications climatiques et autres, ces limites peuvent s'effacer ou s'accentuer, elles peuvent se déplacer au fur et à mesure du développement. C'est pourquoi les limites des unités géomorphologiques dans les montagnes doivent être analysées
  • en liaison directe avec le développement géomorphologique des chaînes de montagnes entières. (d'après l'A.).
  • Dans les montagnes européennes, on observe une coïncidence des phases d'avancées glaciaires, de processus gravitationnels et d'inondations. Ceux-ci peuvent être corrélés dans le temps avec des déplacements de ceintures de végétation et un
  • accroissement du dépôt dans les piémonts. (L'A.).
  • des 15 000 dernières années problème n 158 du Programme International de Corrélation Géologique (IGCP), participation de la Pologne à l'élaboration de ce problème)
  • Dans le cadre du programme LGCP réalisé auprès de l'UNESCO, on a formulé en 1977 le problème n 158: Variations paléohydrologiques dans la zone tempérée au cours des 15 000 dernières années, dont la solution était coordonnée par L. Starkel et B
  • . Berglund. Il s'agit d'une étude parallèle des changements survenant dans les fleuves (sous-problème A) et dans les lacs et les tourbières (sous-problème B). Les méthodes de recherche et le programme détaillé ont été présentés dans les éditions tout
  • spécialement préparées. La Pologne participe activement aux recherches concernant les deux types d'environnement. Dans le cadre du sous-problème A on a étudié en détail les vallées de la Vistule et de la Warta et de certains de leurs affluents. Dans le cadre du
  • sous-problème B on a analysé les sédiments lacustres et les tourbières dans toutes les régions naturelles du pays. (D'après l'A.).
  • Plaide pour une meilleure coopération entre les géomorphologues spécialistes de l'évolution paléogéographique et de la dynamique actuelle. (CG).
  • On appelle généralement événement extrême un événement dont la fréquence est inférieure à 1fois par an. L'A. essaie d'évaluer l'impact d'un certain nombre d'événements météorologiques de ce type sur le relief et en particulier sur les versants. (Cch).