inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (13 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • , j'ai continué mon travail en me fixant trois axes de recherches parallèles: les références écrites, le travail de terrain et les documents, manuscrits et cartes. L'essentiel du travail consistait à relever les restes des monuments, de souks, de
  • bâtiments destinés à l'habitat, d'édifices religieux ou de constructions destinées à la défense de la ville, tels que les enceintes, murailles ou forteresses. Puis je les ai décrits et comparés aux descriptions figurant dans les sources anciennes. De même
  • sur le terrain de la réalité, une visualisation provisoire de la ville dans son intégralité. J'ai décelé et éduqué les habitants, je vais procéder à la re-planification d'une des anciennes rues.
  • Photographies anciennes
  • modifié la trame urbaine de la vallée qui était jadis constituée d'anciennes escales fluviales (Saint Louis, Dagana, Podor et Matam). En effet, l'originalité de l'urbanisation de la vallée du fleuve Sénégal se caractérise par l'émergence des villes du
  • jeeri et par le déclin des villes du waalo, anciennes escales fluviales. Le long de la RN2 s'échelonnent des villes relativement récentes aux caractéristiques variables. Le réseau de transport national et la position géographique ont fait de Richard Toll
  • fleuve Sénégal. En amont du barrage, la pêche devient la première activité économique poussant des jeunes agriculteurs et éleveurs «autochtones» à une reconversion professionnelle pas toujours aboutie. Les campements de pêcheurs occupent un ancien site
  • » de l’ouvrage, ou à l’échelle locale, dans un rayon de 50 kilomètres autour du barrage. Il s’agit de 8 villages déplacés et anciens. Mais également des 25 campements de pêche autour du lac de retenue.
  • de la ville. Le tissu urbain, surtout dans le centre historique est, pourrait-on dire, de nature organique, sans grille de distribution et où rues et cul-de-sac résultent d’une parcellisation progressive. Dans de nombreux blocks la trame ancienne et
  • d’analyser la manière dont divers acteurs humanitaires (anciennes Églises missionnaires et ONG confessionnelles) tentent aujourd’hui de se mobiliser afin d’assister ce public, délaissé par les autorités égyptiennes. Enfin, il s’agit de démontrer comment ces
  • en relation qu’elles organisent, ce que la thèse tente de souligner, d’abord, sous l’angle des paysages urbains. Quoique souvent adossées à des divisions anciennes, héritées de la ville coloniale, les fermetures se déploient sous des formes nouvelles
  • auprès de bakoroman, d’anciens bakoroman et de leurs familles, je démontre que ce mode de vie erratique ne peut être interprété à priori comme un marqueur de désaffiliation du fait que la mobilité juvénile constitue localement une forme tolérée
  • notamment, que celle dégagée par une grande et ancienne accumulation de déchets. Les conceptions locales des excrétions corporelles, des objets déchus et des restes des activités du quotidien font en effet du contrôle et de la manipulation des déchets un
  • , certes peu visibles, mais dont les stratégies économiques, sociales et spatiales participent à la fabrique de la ville.Dans un premier temps, le rôle de structurations commerciales et urbaines plus anciennes des quartiers-marchés est mis en évidence pour
  • maisons, une observation participative et des entretiens avec les habitants dont quelques « anciens ». Nous examinons le mode constructif de ces maisons en terre crue, adobes et pisé, savoir-faire spécifique des maçons haratines. Cet habitat est mis en
  • énergivore et polluant.Les villes durables peuvent-elles être considérées comme la meilleure alternative à tous les problèmes? Revenir vers la ville ancienne comme l’avait souhaité C. Sitte, peut-il constituer une solution pour demain ? Qu’en est-il de la
  • Tripoli. Les territoires squattés sont illicitement édifiés sur des terrains privés et prennent aussi la forme de bâtiments occupés par des ménages ne disposant d'aucun titre juridique. Les populations résidant dans ces territoires, dont le plus ancien