inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (6 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • Morphologie, morphométrie et processus actifs sur des sections de 2 km de versant exposés à l'ouest et à l'est dans le Spitzberg central. Les deux pentes montrent de grandes différences de réponse aux variations d'ensoleillement, précipitations et
  • failles étant due aux pressions différentielles entre surface englacées et surfaces non englacées pendant le relèvement isostatique. La région étant située dans un secteur actif, ces failles auraient entraîné la formation de volcans sur l'île.
  • toute la longueur du fjord. Le sable du chenal contrastant avec la boue du plancher du fjord, plus les parois tronquées des chenaux indiquent que ce sont des courants de turbidité qui ont créé ce système de chenaux apparemment actifs.
  • du Spitzberg. C'est là qu'on peut trouver l'intensité la plus élevée dans le cas de ravinements actifs alors qu'en d'autres parties des versants on ne trouve que des indices d'une dénudation faible. Dans les parties moyenne et supérieure des versants
  • . La grande fréquence des alternances gel-dégel (200 à 300 j/an) détermine une gélifraction intense. Les versants sont les plus actifs| par contre, les vallées sont restées assez stables depuis la déglaciation. Le Groenland occidental est classé comme
  • Trois systèmes sont identifiés dont deux actifs pendant la période de fonte. Tous les profils transversaux présentent des accumulations d'éléments grossiers sur les bords, processus qui accompagne l'abaissement du niveau de permafrost et