inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (178 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre Par ville ? Par pays ? Par continent ?
  • Ce travail propose une ethnographie de la folie à Yaoundé dont la perspective est celle d'une sociologie phénoménologique. Plus simplement, il décrit les médiations, les modalités et l'opérativité de la réalité sociale qu'est la folie; il essaye de
  • savoir: la «rue », la clinique et le politique. Ils suggèrent non seulement les scènes, notamment dans l'espace public, où se manifeste le phénomène de la folie par exemple par des pratiques de dénudation, d'exposition corporelle sur des modes obscènes et
  • obstacles : les supports identitaires qu'ils trouvent dans le dispositif scolaire ou dans une sociabilité fragile mais importante, les moments de jeux et de plaisir qu'ils aménagent dans un environnement hostile, la place qu'ils négocient auprès d'autres
  • siècle après la première vague migratoire, les Nippo-descendants continuent d’être confrontés à la frontière qui délimite les contours entre les groupes japonais et brésilien : dans ce contexte, il est toujours nécessaire d’énoncer, d’identifier le
  • de l’identité et de l’altérité ne peuvent être péremptoires. Ils deviennent plus flexibles voire instables. Nous avons travaillé plus particulièrement avec des nippo-Brésiliens de troisième génération dans la mégapole de São Paulo. En nous appuyant
  • représentations discursives relatives au groupe dit « Japonais », et des observations sur les pratiques et techniques du corps. De cette analyse, il a été possible de dégager les stratégies de négociation, voire de retournement des représentations stéréotypées, à
  • qu’ils mettent en œuvre. S’il est important de prendre en compte les spécificités historiques et géographiques propres à chaque pays, cette perspective donne à voir dans chaque cas la construction progressive d’un « espace de la clandestinité migratoire
  • peuvent se dire les expériences, où se construit une autonomie, où s’élabore une argumentation politique. Ceux que l’on nomme parfois les sans-papiers échappent ainsi – au moins en partie – à la négation sociale dont ils sont l'objet, et s'affirment comme
  • criminels. Bien que chacun eût incarné une justice paternelle, peu répressive et caractérisée par sa simplicité procédurale, les tribunaux des commissaires de police étaient des espaces moins coercitifs encore, plus souples et ouverts à la négociation. S’il
  • est vrai que ces derniers avaient certes moins d’attributions en matière de sanctions, il n’en demeure pas moins qu’ils gardaient une plus grande proximité avec les justiciables.
  • le produit d’un dialogue entre Européens et indigènes. Ainsi, entre 1862 et 1962, il est possible de parler de chemin « franco-musulman » parcouru par les musiques d’Algérie ; chemin qui contribue à modeler leur forme et qui révèle que la portée
  • plus significatif dans le champ d’une histoire culturelle de la France : il révèle – contre toute attente ? – qu’en France, le multiculturalisme n’est pas une fonction de l’impérialisme. Considérer un instant qu’Alger n’est pas foncièrement « coloniale
  • » entre 1862 et 1962, reconnaître qu’elle a un temps partagé le destin de l’hexagone et constater qu’elle est un lieu d’application d’une politique culturelle de la diversité interroge le jacobinisme français, dont on répète pourtant à l’envie, qu’il est
  • point de départ sa culture matérielle. À partir des archives notariales françaises de l’Inde au XVIIIe siècle, il est possible de redessiner cette société ultramarine et de saisir bien plus que le simple environnement matériel. Les modalités de
  • -ils cherché à préserver leur culture européenne, ou se sont-ils « indianisés » ? Des différences sont-elles visibles selon les époques, les catégories sociales et professionnelles étudiées ? Pour répondre à ces questions, les collections des musées
  • , connue sous le nom de « El Panul », située dans la précordillère ou piémont andin de la commune de La Florida, est menacée par des projets immobiliers. Les citoyens progressivement s’engagent afin de protéger cette forêt qu’ils considèrent « en danger
  • essayer de peser dans les projets que les affectent et dans lesquels ils ne se sentent pas considérés. Tout d’abord, nous analysons comment l’association RDP se configure et comment les membres de l’association configurent le problème de la précordillère
  • . Il s’agit de rendre compte comment ils « rentrent en politique » en faisant publique une controverse autour d’un territoire précis. Nous nous attardons sur comment suite à une catastrophe qui a lieu dans la précordillère, les coulées de boue de 1993 à
  • Face aux hypothèses de mobilité généralisée de la société et d’affaiblissement de la dimension territoriale, il est démontré dans cette recherche l’importance du territoire de proximité – la maison et le quartier – en tant que support, et lieu
  • personnel et stratégique permettant aux individus de surmonter les tensions qu’entraîne la modernité. Les individus sont, en effet, à la recherche d’un équilibre oscillant entre nomadisme et ancrage. Ainsi, il apparaît que la mobilité, bien loin de s’opposer
  • approfondis avec les habitants de ces quartiers. Il est avancé dans ce travail que ces derniers cherchent à s’insérer socio-spatialement en s’inscrivant dans la proximité afin de faire face à une exigence toujours plus forte de mobilité. A cette fin, il est
  • cette compénétration au ras du sol, au présent. Cette recherche propose d'examiner le trafic de drogue en tant que champ de relations sociales complexes par le biais desquelles il perdure et se transforme. Elle tente d’épouser cette complexité en
  • l’histoire régionale du trafic de drogue. La thèse met en relief le rôle de l'État mexicain comme fer de lance du mouvement social de légitimation du narcotrafic. Il traça le chemin : instrumentaliser cette manne était possible ; il sema cette idée – via
  • l'exemple et la contrainte – qu'il était rationnel de tirer son parti du crime. La seconde histoire incorporée dans la trame du récit est celle, individuelle, d’une multitude de protagonistes. D’un portrait à l’autre, les points de vue de mes interlocuteurs
  • Les villes africaines croissent en population d’au moins 5% l’an et dépassent fréquemment 7% l’an. Or, lorsqu’une ville croît au taux de 7% annuellement, elle double sa population tous les dix ans. Cela signifie qu’il faudrait doubler la capacité
  • articuler les enjeux stratégiques à l’agir local Il faut donc relier les documents d’urbanisme et les documents complémentaires (schéma de drainage, commercial, de transport…).
  • moins étudiés. Or, ils continuent d'être les acteurs principaux de la régulation des espaces urbains. Ils agissent de manière autonome sur leur territoire tout en étant dans une situation d'inter-territorialité spécifique au milieu urbain. L'analyse
  • l’entrée des révolutionnaires à La Havane, il convient de s’interroger sur ce que fut le régime du 10 mars. L’objet de cette thèse est de réussir à comprendre, à partir du plus large corpus possible et à travers la relation entre l’État et les médias
  • , quelle était la nature du gouvernement de Fulgencio Batista. Il s’agit de replacer au centre de la compréhension les actions des acteurs politiques et médiatiques.
  • Dans les villes moyennes de Garoua et Maroua, au Nord et à l’Extrême Nord du Cameroun, on dit des «chefs», soit des détenteurs de l’autorité à l’échelle d’une famille, d’un quartier, de la cité ou autrefois d’un royaume, qu’ils doivent être «comme
  • des grands tas d’ordures». Ce proverbe situe ainsi les relations de pouvoir et l’exercice de l’autorité dans un rapport particulier avec la gestion des déchets : le chef doit se montrer patient et hiératique comme un grand dépotoir, lorsqu’il reçoit
  • toutes les insultes et les plaintes de ses sujets comme autant d’immondices ; mais, selon un registre ésotérique développé par les religions locales puis repris dans le cadre musulman, on attend aussi qu’il fasse preuve de la même puissance, magique
  • Vietnam, dans les grandes agglomérations de ce pays, le processus d’urbanisation est encadré dans des limites territoriales définies par l’Etat et collectivités locales. Mais il se fait en outre de façon spontanée en réponse aux besoins de nombreuses
  • d’urbanité que l’homme tisse avec son milieu de vie et qui sont marquées par la modernité. Plus particulièrement, il s’agira d’examiner comment certains types d’habitats lient diverses catégories de population et diverses formes d’urbanité en milieu
  • moyen de méthodes d’observation participante et d’entretiens approfondis, grâce auxquelles on peut voir comment les gens construisent leurs lieux et vie et leur donnent du sens. Ils font preuve d’adaptations personnelles importantes qui se traduisent par
  • . Réciproquement, il examine les réappropriations dont le site est l’objet et comment ils tendent à légitimer l’ancienne prison elle-même. Dans le contexte du classement de Valparaiso au patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, en 2003, et plus largement du système
  • thèse se penche sur la dimension conflictuelle du lieu, tout en analysant les discours officiels de promotion de ces mégaprojets, les contestations qu’ils rencontrent, ainsi que les difficultés éprouvées par les occupants pour s’organiser et parvenir à
  • l’Afrique Centrale, sont couverts par des produits importés. Les produits locaux ne jouent qu’un rôle secondaire dans cette activité : ils ne concernent que 20 % de l’offre alimentaire présente dans les marchés du pays. Face au quasi-monopole de ces circuits
  • , maraîchères et fruitières. Cet état des lieux révèle une forte dépendance alimentaire de la capitale Libreville à l’égard du Cameroun (banane plantain, taro, oignon, atanga ou safou et avocat), des Pays Bas (oignon) et des pays asiatiques (riz). Il met aussi
  • en évidence les principaux obstacles au développement de la production des denrées locales. Ces dysfonctionnements sont identifiés d’un bout à l’autre de la filière des produits alimentaires étudiés. Ils concernent le travail du producteur, du
  • ethnographie à partir d'un travail de terrain effectué entre 2005 et 2008. La compréhension de ce concept est d'une importance capitale car il s'agit de la clé d'interprétation de l'ethnographie. La sociologie du business, n'est pas seulement descriptive
  • réseaux familiaux et communautaires. On peut dire, qu'ils possèdent de multiples motivations, qu'il n'y a pas une motivation du business, mais un carrefour de motivations entre les affaires et la subsistance, les normes groupales et l'égoïsme instrumental
  • . Les caractéristiques constantes de ces motivations sont d'adaptation flexible et malléable suivant les circonstances que les situations leur proposent. Il s'agit d'une « débrouille » sophistiquée et complexe en changement permanent, en processus de
  • vision des centres urbains contribue à l’amplification de l’exode rural dans ces régions, où la macrocéphalie reste une réalité. À l’instar de beaucoup de pays de l’Afrique subsaharienne, il existe un déséquilibre de la hiérarchie urbaine au Mali. Bamako
  • urbaine de la ville de Bamako a augmenté de 7290 ha. Elle est passée de 17 % et 1986 à 32 % en 2014. Durant cette période, il y a eu beaucoup d’aménagements dans le District de Bamako. Mais elle a été marquée davantage par le développement remarquable de
  • foncière de Bamako se traduit par une rurbanisation des communes environnantes. À partir de l’analyse de la dynamique spatiale de Baguinéda, Sanankoroba, Siby et Dio-gare, il s’est avéré que la plupart des communes environnantes de Bamako étaient quasiment
  • la propriété du logement. Les défis auxquels la capitale malienne fait face sont nombreux. Parmi les défis majeurs, il y a l’accès à un logement décent, aux équipements et services urbains au sein de la ville. Les programmes urbains en cours ne
  • Ce travail a pour objet les écritures exposées dans l'espace urbain chilien contemporain, notamment à Santiago du Chili. Il s'agit de construire un regard anthropologique concernant toute une panoplie d'écrits exposés, politiques et poétiques, tout
  • manières dont cette mise en tension travaille. Le contrôle de l'écriture exercé par les autorités se voit confronté aux modes d'apparition et d'insistance de ces écritures. A travers les écrits et les discours des scripteurs, il s'agit aussi d'aborder