inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Résultats de la recherche (14 résultats)

Affinez votre recherche

Par Collection Par Auteur Par Date Par Sujet Par Titre
  • %. Cependant, ces objets ne remplissent pas toute la surface de la carte : il reste un grand pourcentage de vide dont on n'a pas d'information sûre. II y a deux méthodes pour construire la super réalité de terrain. La première méthode part de multiples
  • présenté. Une deuxième méthode provient d'une interprétation alternative des photographies aériennes. Le photo-interprète ne crée pas nécessairement des polygones fermés, mais il détermine seulement les régions sur la photographie dont il est certain. Ces
  • Les traitements d'images satellitaires se heurtent régulièrement au problème de la fiabilité des résultats qu'ils proposent et à leur validation. Nos récents travaux, réalisés au Burkina Faso sur l'évolution du taux de couverture des strates
  • ligneuses à partir d'une longue série temporelle d'images MSS de LANDSAT, l'illustrent. Or, en pays tropicaux secs où le bois est la principale ressource énergétique, il est capital de fournir des estimations précises validées par des méthodes robustes et
  • logiciels classiques de traitement d'images. Ils soulignent certaines difficultés qui relèvent de la classification d'images, de la prise de vue aérienne, de la qualité et de la résolution photographique ou de la numérisation.
  • Analyse image ; Classification ; Dégradation ; Etude impact milieu ; Etude terrain ; Iles Océan Indien ; Madagascar ; Morphodynamique ; Océan Indien ; Paysage ; Pouvoir réflecteur ; SPOT ; Satellite METEOSAT-4 ; Sécheresse ; Terrain ; Traitement
  • démontrer une évolution normale de la formation végétale vers le climax. Il convient de souligner le rôle de l'enquête sur le terrain pour lever les confusions, celui de l'échantillonnage pour qu'il soit représentatif et la nécessité de s'appuyer sur des
  • de leur dynamique sur 6 ans. Nous disposions pour cela de deux images HRV de SPOT prises le 25-08-1986 et le 10-05-1992. Le support cartographique de cette région étant peu précis et certaines zones difficiles d'accès, il était nécessaire d'établir au
  • formations (fourrés, clairières, parcelles de culture, pâturages). S'il s'est avéré souvent difficile de séparer certaines unités de paysages bien distinctes sur le terrain mais présentant des similitudes sur les images (formations dégradées/clairières
  • Cartographie ; Cnidaria ; Coelenterata ; Ile Réunion ; Iles Océan Indien ; Invertebrata ; Milieu marin ; Prospection aéroportée ; Récif corallien ; Télédétection multispectrale
  • milieu cristallophyllien fissuré. Il ressort de la discussion trois points importants : 1) seul le contrôle sur le terrain peut valider les résultats obtenus et fournir un complément d'informations; 2) la sélection des parcelles d'échantillonnage pour
  • d'urgence qui peut effectivement constituer la première étape d'un système d'information hydrogéologique à référence spatiale en contexte cristallophyllien qu'il conviendrait de généraliser à l'ensemble du territoire ivoirien, constitué pour l'essentiel de
  • bordure de chenaux ou de baies. Les sites correspondant aux différentes catégories sélectionnées ont été examinés sur le terrain aux endroits où il était possible de les atteindre, ce qui a fourni la base d'une description des zones végétales de ces
  • [b1] Institut agronomique et vétérinaire Hassan Il, Département des sciences du sol, B.P. 6202, Instituts, Rabat, Maroc
  • autres n'ayant pas apporté suffisamment d'amélioration par rapport au coût supplémentaire qu'ils engendraient. Ce résultat permet, donc de raisonner d'une façon objective la prospection de terrain pour les différentes zones agro-écologiques.
  • satisfaisantes dans cet exemple précis, il n'en reste pas moins vrai que la principale difficulté de la numérisation des photographies aériennes réside dans l'étalonnage de ce type de données qui rend encore difficile leur emploi systématique dans le cadre
  • d'une des composantes de l'Observatoire national des zones humides initié par l'Institut français de l'environnement (IFEN); il convient alors de définir des entités spatiales d'accumulation de connaissances que l'imagerie HRV de SPOT et les clichés
  • Amérique du Nord ; Analyse factorielle ; Canada ; Canada Ouest ; Géomorphologie ; Habitat ; Ile Victoria ; Morphodynamique ; Plage ; Radiométrie ; Réalité terrain ; Signal ; Signature spectrale ; Site archéologique ; Sol ; Terrain ; Territoires Nord
  • terrain, quatre traits de côte ont été réalisés : deux produits par les images satellitaires, deux autres provenant des données de terrain. Leur superposition montre qu'il existe une conformité d'allure entre les deux types de traits de côte obtenus
  • relative de l'aire d'étude (50× 50 km2), au Niger, et la variabilité spatio-temporelle de la rugosité et de l'humidité du sol, il est impossible d'acquérir ces paramètres à partir des mesures sur le terrain. La seule issue réside dans les techniques