inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

Les échelles des territorialités

Sortir de l'invisibilité. Comprendre la place de la ville dans les territoires autochtones contemporains sous l'angle juridique

Auteur(s) et Affiliation(s)

COMAT, I.
UMR 5603 Société Environnement Territoire (SET), Université de Pau, PAU, France
INRS-UCS, Univ. du Québec, Montréal, Canada
UMR 5603 Société Environnement Territoire (SET), Université de Pau, PAU, France
GAGNOL, L.
Université Grenoble 1, Grenoble, France
UMR 5194 PACTE - Territoires, Institut de Géographie Alpine, GRENOBLE, France


Description :
Par l'application de la Loi sur les Indiens, la nature coloniale des relations unissant peuples autochtones du Canada et gouvernement fédéral s'est traduite par une sacralisation des réserves comme milieu naturel indien. L'association entre autochtonité et ruralité est consubstantielle tandis que la présence urbaine devient, aux yeux du gouvernement, d'abord synonyme d'exode rural, puis d'une nécessaire dissolution culturelle dans la société d'accueil. Or, la ville est considérée aujourd'hui comme un véritable trait d'union entre plusieurs Premières Nations, faisant de l'expérience urbaine une partie intégrante de la modernité autochtone. Si la présence autochtone urbaine a pu faire mentir les principes westphaliens de l'idéologie territoriale propre à l'Etat canadien qui les cantonnait culturellement et politiquement à l'univers pseudo-clos des réserves, elle dessine du même coup une nouvelle géographie, spécialement à partir de la ville.


Type de document :
Article de monographie

Source :
Géographie et cultures (Paris), issn : 1165-0354, 2012, n°. 81, p. 59-76, nombre de pages : 18, Références bibliographiques : 28 ref.

Date :
2012

Editeur :
Pays édition : France, Paris, Editions L'Harmattan

Langue :
Français
Droits :
Tous droits réservés © Prodig - Bibliographie Géographique Internationale (BGI)