inscription
PORTAIL D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE

field reality and image processing in anthropogenic tropical areas : case of mangroves and coastal ecosystems of Southern Togo by HRV from SPOT

La réalité de terrain en télédétection : pratiques et méthodes (Saint Foy, 13-17 octobre 1997)

La réalité de terrain et le traitement d'image en milieu tropical anthropisé : cas des mangroves et des écosystèmes littoraux du sud du Togo vus par HRV de SPOT

Auteur(s) et Affiliation(s)

AFIDEGNON, D.
Département de botanique et biologie végétale, Faculté des sciences, Université du Bénin, B.P., 20148, Lomé, Togo
FROMARD, F.
Laboratoire d'écologie terrestre, 13, avenue du Colonel Roche, B.P. 4403, 31405 Toulouse, France
BELLAN, M.-F.
Laboratoire d'écologie terrestre, 13, avenue du Colonel Roche, B.P. 4403, 31405 Toulouse, France


Description :
L'approche de la télédétection pour l'étude et la cartographie des mangroves ainsi que des écosystèmes littoraux du sud du Togo vise à compléter la connaissance du terrain par la vision synoptique et plus étendue que fournit l'imagerie satellitaire. Après les traitements classiques d'une image HRV (XS) de SPOT (améliorations d'image, calculs d'indices, ACP et classifications dirigées), l'évaluation statistique des résultats indique une performance de 80 % à 100 % de pixels bien classés et 0 % de non classés. Compte tenu de la persistance de certaines confusions, des transects radiométriques sur l'image sont confrontés à des transects phyto-écologiques sur le terrain. C'est le canal XS3 qui reflète plus fidèlement les variations du couvert végétal sur le terrain. Les variations sur les courbes de réflectance ne traduisent pas toujours des changements notables au niveau du couvert végétal et inversement. La principale source d'erreur de classement identifiée est la prépondérance de pixels mixtes (mixels) due à l'aspect mosaïque de la végétation qui est un mélange de végétation naturelle remaniée, de cultures à petits parcellaires, de jachères et de pâturages. Ceci s'est traduit sur l'image par une variabilité de signature spectrale au sein de la même classe de végétation. La méthode statistique de classification utilisée paraît mal adaptée à ces milieux anthropisés. Des méthodes d'analyse, plus structurales et texturales seraient mieux indiquées. La méthode des transects apporte, elle, une nouvelle dimension à l'évaluation de la fiabilité et de la précision des classifications.


Type de document :
Congrès

Source :
AUPELF-UREF, 7, Sainte Foy PQ, Canada, 1997-10-13, Universités francophones. Actualité scientifique, 1998, p. 13-20, Références bibliographiques : 10 ref.

Date :
1998

Identifiants :
isbn : 2-920021-84-2

Editeur :
Pays édition : Canada, AUPELF-UREF, Montréal

Langue :
Anglais
Droits :
Tous droits réservés © Prodig - Bibliographie Géographique Internationale (BGI)